Les karaokés d’ “un jour à Roland”

bon, je suis très tennis, et j’ai trouvé cet article sympa et je ne me lasse pas de ces vidéos, que je regarde depuis quelques années déjà. Alors Have fun! Et merci à l’auteur de ce post qui se reconnaitra! 😉

Tennis décalé et historique

Cette émission humoristique  relatant les évènements du jour à Roland Garros, d’une durée de 7 à 8 minutes, est restée célèbre pour ses karaokés… Des moments assez inédits qui permettent aux joueurs et joueuses de se décontracter en plein tournoi. C’est aussi ça le Tennis « décalé ».

Petit florilège des meilleures performances :

mais aussi le best-of 2010 :

 

Les meilleurs se sont pris au jeu :

 

Même le prince de la terre battue :

 

qui chante la bamba :

 

Voici quelques autres délicieuses vidéos…

 

View original post

Femme contre Famille…

« Le droit des femmes est plus important que la famille: Ministre contre Ministre délégué… »: ainsi s’exprime Miliesse sur Twitter à l’annonce des membres du gouvernement. Le droit des femmes, la famille… L’un comme l’autre très important, fondamentaux, indispensables, dans la société française. L’une comme l’autre. Mais tout de même, je trouve (mes propos n’engagent que moi, n’est ce pas! 😉 ) que Monsieur Hollande et monsieur Ayrault n’ont pas placé les priorités au bon endroit. Les droits de la femme sont primordiaux (J’y tiens beaucoup, en tant que concernée! 😉 ), mais la Famille, elle, me semble plus sacrée, plus primordiale, encore. Elle concerne tout le monde, hommes et femmes, puisque chacun est issu d’une famille.  Elle me semble plus fondamentale dans la société. Je pense qu’en respectant la famille, on est poussé à respecter la femme, puisqu’elle y est au centre, elle en est la base, la racine, le tronc.Et pour moi, placer le ministère de la Famille en dessous de celui des Droits de la femme, c’est nier l’évidence. L’évidence que la France a plus besoin de familles qui tiennent la route,plus besoin d’aide dans les familles que de soutien aux femmes brimées, femmes battues etc, qui ne sont pas majoritaire, et pour lesquelles j’ai beaucoup de compassion. Je ne cherche pas à minimiser la souffrance de ces femmes, je ne dis pas qu’elle est insignifiante.Simplement, mon impression première confirmée par ma pauvre réflexion d’étudiante, me laisse penser que ce choix, cette décision n’est pas logique, n’est peut être même pas tout à fait honnête, voire idéologique…En tout cas complètement politique.  Réflexion à approfondir, en ce qui me concerne.

Prédictions, piège à cons

Ce matin, j’arrive à la Fac munie du journal du jour. Je m’entends interpeler, comme toujours lorsque j’ai le journal: « Hey Ribisel! Tu me lis mon horoscope? Je suis balance! » Alors aujourd’hui, Rémy, voilà quel est ton horoscope: « Balances: Vous risquez d’avoir une journée harassante. La fin de soirée sera beaucoup plus joyeuse  et divertissante ».

Fort bien… Mais où passe ta liberté, dans tout ça? Tu te persuades que les astres, ou le destin, ou un quelconque Fatum a prévu ta journée, et tu te crois forcé de t’y conformer. Forcément, si c’est une force supérieure qui te dicte tout…

« Une journée harassante »… Ça reste à prouver,en ce qui te concerne. On finit les cours une heure plus tôt que d’habitude, on n’a pas de cours particulièrement tuant… On a vu pire, comme « journée harassante », tu ne diras pas le contraire. Mais puisque l’horoscope le dit, on sera fatigué, on râlera, on se plaindra… Tout semblera lourd, pénible, fatiguant… Bref, on en sortira harassé. Et pourtant, c’était une journée plutôt « soft », tu en conviendras.

Quant à la suite de l’horoscope des infortunées Balances, condamnées à une lourde journée là oû « tout va bien » pour les Gémeaux, on peut le traduire par « Et si l’on chouillait? » en langage étudiant. Car, soyons lucides, une « fin de soirée joyeuse », pour un jeune étudiant, c’est « une nuit bien arrosée ». Il ne faut pas se leurrer!

L’étudiant lambda sera donc ravi de voir que le Destin lui réserve une belle petite cuite pour oublier que la journée fut rude. Ou plutôt sera rude, puisqu’elle n’est pas encore passée.Tu vois donc bien le paradoxe.Quelle liberté, alors, pour le naïf qui croit à ce que raconte son horoscope?

« Poissons, sortez la tête de l’eau! » ou encore, « Taureaux, foncez, vous allez voir rouge! », autant de conseils bidons prodigués par des astrologues plus ou moins sérieux (et encore, il faut croire même à l’existence d’astrologues « sérieux »…) qui enferment les lecteurs dans un destin issu de leur imagination, ou de leurs « transes divinatoires ».

Qui peut savoir? Qui peut connaître l’issue, ou même seulement le déroulement d’une journée?  Qui peut réduire la vie de chacun à la simple action que les astres auraient sur des données physiques dépendantes de la date de naissance?

Je pense à la chanson de Bruel...  » Qui a le droit d’ faire ça à un enfant qui croit vraiment c’que disent les gens« … Un enfant, ou un naïf, ou quelqu’un qui a besoin de sécurité… Que sais-je? n’importe qui, finalement…

En dessous de la rubrique horoscope, une vignette, dans laquelle je lis:

« VOTRE COUPLE VA-T-IL DURER? Un astrologue vous répond en privé au 7 10 30! » Décidément, les astrologues bénéficient de prérogatives surprenantes, qui vont jusqu’à connaitre votre avenir sentimentale. Moi je dis respect. Parce que franchement, je ne sais pas comment ils font!  Plus sérieusement, où est passé la liberté, cette fois encore?

Dans le cas où votre super Madame Irma vous répond que OUI, votre couple va durer, vous allez tout simplement placer tout votre espoir dans cette promesse, et nier l’échec, le cas échéant. Vous allez vous interdire de vous séparer. Et c’est humain. J’en ferais autant. Je ne fais pas là l’apologie du divorce où de la relation éclair, comprenez bien. Seulement, n’oubliez pas la Liberté.Dans le cas contraire, celui où l’astrologue déciderait que non, votre relation est vouée à l’échec, que votre couple va couler, alors, le couple risque fortement de se briser à la première crise interne, les concernés y voyant l’accomplissement de la décision du Destin… Où se trouve le choix? Que devient la Liberté? Et que devient, surtout, l’amour fondateur de ces couples?

Là encore me vient à l’esprit un phrase, issue cette fois-ci de l’opérette d’Offenbach La Belle Hélène: « Elle! Toujours elle! (…) La Main de la Fatalité qui pèse sur moi » . Pas de liberté, Zeus règne sur la destinée humaine, « et l’on n’y peut rien »,dirait Jean-Jacques Goldman.

Vous me direz que certains couples refusent de se soumettre à ce genre de « prophéties ». Je vous l’accorde. Mais dans ce cas là aussi ils perdent leur liberté, puisqu’ils vont lutter pour la faire mentir, et ainsi, c’est elle encore qui influencera et dirigera leurs choix.  Bien sûr, la Liberté existait au début, avant de consulter horoscope ou astrologue. Mais « Choisir, c’est renoncer », dit-on… Alors, choisir de se soumettre à une prédestination, et renoncer à son libre arbitre et à tout autre choix futur?  Question complexe, que je soumets à la réflexion de ceux qui, pour une raison ou pour une autre, s’appuient sur ces béquilles d’espoir et ses solutions préparées pour diriger leur vie.

À quand la rubrique  » APPELEZ LE 8 2121 ET DITES LIBERTÉ« ?

La France a passé l’arme à gauche…

Vous qui vous êtes rendus aux urnes…

Vous avez choisi une France qui tue ses vieux, une France qui plie la tête, une France qui se remplit sans pouvoir intégrer. Vous avez choisi qui s’oublie, qui se renie, une France qui va mourir.

Connaissez-vous la France? L’aimez-vous? L’appréciez-vous à la mesure  de ce qu’elle est? Vous êtes vous  déjà demandé:

 » Qu’est ce qui fait mon pays? »

Avez-vous déjà vu les clochers qui la recouvrent? Les châteaux qui font sa gloire? Les champs qui la nourrissent? Ses forêts, ses montagnes, ses plages, tout ce qui fait son charme et sa beauté? Avez-vous su goûter son caractère et sa douceur? Avez-vous déjà été pris d’un de ces élans amoureux devant la beauté de votre pays?

Vous lui avez porté le coup final, le coup de grâce. Aujourd’hui, vous avez signé son arrêt de mort. Comme la Convention fondatrice de notre République a jadis signé la condamnation à mort du Roi Louis XVI, la mort de tout ce qui avait été la France jusque là, comme elle, vous avez décidé la mort de notre pays, mais de façon plus grave, encore. La Convention avait mis fin à un régime, à un passé, à une histoire; vous, vous avez mis fin à une Patrie, vous avez mis fin à notre France.

 En votant, avez-vous pensé aux générations qui ne sont pas la vôtre? Avez-vous pensé à vos parents, que l’on suicidera lorsqu’ils ne seront plus assez robustes, ou trop vieux, ou trop fatigués? Avez-vous pensé à vos enfants? À vos petits-enfants? À eux que l’on va dénaturer dans un enseignement pervers et démagogique, duquel vous ne pourrez les retirer sans en payer les frais? À eux, à  qui l’on enseignera des absurdités, eux qui ne seront plus aidés à passer les caps difficiles de leur jeunesse, mais abandonnés à eux-mêmes?

Je sais, en écrivant cela, qu’il est trop tard pour revenir en arrière, que vous avez choisi, que vous avez voté… Acta est fabula, comme on dit… Mais  je vois la France, ma France, dans deux ans, quatre ans, cinq ans… Et je vois son déclin, son assassinat programmé, prévu, calculé… J’en pleurerais.

Je ne vous parle pas d’économie, je ne vous parle pas de corruption , je ne vous parle pas d’écologie…. Et pourtant, Dieu sait s’il y aurait matière à écrire à propos de tout ça… Il y aurait de quoi remplir des cahiers de doléances entiers…  Je veux seulement vous parler de la France intrinsèque, de son identité, de son essence profonde.

La France, « mère des arts, des armes et des lois », comme l’appelait ce cher Du Bellay, a toujours porté des valeurs. Valeurs de Vie, de Liberté, de Famille, d’amour de la Patrie… Ces valeurs, aujourd’hui, votre vote les foule aux pieds.  La France a été grande, elle a été puissante, elle a a porté une image de force dans le monde entier, elle a influencé toute l’Europe… Elle porte son identité dans ses poètes et ses écrivains, dans ses musiciens et ses peintres, dans ses politiciens, ses militaires, ses orateurs, dans tous ses Fils de toutes les époques. La France a une image de Justice, depuis Louis IX, Saint Louis, dont le chêne et les jugements sont passés à postérité. Notre France porte aussi une image et un patrimoine de Foi: elle est terre Chrétienne, quoi qu’en pense la population laïcarde; elle porte un héritage judéo-chrétien qu’elle renie, et par là même, c’est son identité qu’elle renie.

Parvenez-vous à saisir ce que je tente d’exprimer, bien mal, sans doute?  Sentez-vous notre France, notre chère France, qui pleure de se voir déchirée de l’intérieur, et son âme, arrachée à elle-même?

La France ne veut pas supprimer ses anciens, ces vétérans qui portent son patrimoine, son héritage. La France ne veut pas perdre son identité, qui est sa force, au profit d’une autre qui n’est pas sienne et qui s’oppose à elle par sa volonté de la dominer, et par son refus d’adhérer à la culture qui l’accueille. La France ne veut pas que la base de la société, la Famille,qui l’a toujours constituée, soit oubliée, voire même honnie. La France ne peut souffrir que les enfant qu’elle porte et a « nourri longtemps du lait de [sa] mamelle », pour employer une fois encore les mots de Du Bellay, ne soient pas respectés, soient forgés par des idées qui ne sont pas les siennes.

La France gémit, et vous demande: « Qu’avez-vous fait? Que vous ai-je fait? Que voulez-vous de moi? Que voulez-vous pour vous, et pour vos enfants?  » Et elle pleure. Elle pleure sur vous, ses enfants, qui n’avez su la comprendre, qui n’avez su la sauver, sur vous qui l’avez abattue. Elle pleure, parce qu’elle est la première euthanasiée légale de la France et de son nouveau Président.


http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/joachim_du_bellay/france_mere_des_arts_des_armes_et_des_lois.html