Hommen, Hommen, qu’as-tu fait de ta raison?

Les Hommen sont très fiers d’eux: ils font la Une du New York Times, et la France entière parle d’eux: Rafa Nadal lui-même, avec son huitième Roland Garros remporté et son tout nouveau record, passe à la trappe. Quel courage, lit-on partout, d’avoir ainsi osé s’introduire sur le Chatrier pour la finale homme de Roland Garros! Quel courage, vraiment? Non. Quelle connerie! Ceux qui me lisent depuis longtemps savent ce que je pense du projet de loi, et que je suis contre. Très contre.  Pour autant, je trouve cette action carrément lamentable, ridicule, affligeante, peineuse, déplorable, miteuse, craignos et pitoyable. Oui. Tout ça. Et je mâche mes mots. Ils ont, ce matin, publié un  » Communiqué à l’attention de Raphaël Nadal » (D’ailleurs, amis Hommen, si vous me lisez, c’est Rafael, pas Raphaël…), tout aussi lamentable: aucune excuses, rien.

En tant qu’opposante à la loi, mais aussi et avant tout citoyenne de France, je suis extrêmement choquée par cette action. Que font-ils du respect de l’homme, qu’ils veulent pourtant défendre? Parce que oui, Nadal et Ferrer se sont retrouvés dans une situation difficile, les empêchant de faire leur travail! Ils sont joueurs de tennis professionnels: au même titre qu’un éducateur, qu’un boulanger, qu’un journaliste, ils ont le droit de travailler librement et en toute sécurité! Ils ont le droit de jouer leur match, leur finale, événement majeur de la carrière de Ferrer en particulier, dans le calme, dans les conditions habituelles!

Cette intervention sur le Court Central est complètement déplacée. Le sport n’a rien à voir avec cela. Et les finalistes, tous les deux Espagnols, n’auraient pas dû avoir à gérer ce genre d’événement fâcheux et inopinés, qui n’a rien à voir ni avec eux, ni avec leur sport. Je lis sur les réseaux sociaux ce genre de réactions: « Une finale de Roland Garros serait donc plus importante que les droits de l’enfant?! » Mais là n’est pas la question, mesdames et messieurs les excités! La question, c’est jusqu’où allons nous? Jusqu’où peut-on aller pour ne pas discréditer notre combat? Jusqu’où peut-on encore se targuer d’être pacifiques? Là, vous avez dépassé toutes les limites: vous avez pourri l’image de tous les opposants par votre seule intrusion sur le Central; vous avez volé le pacifisme de tant de personne par une intervention agressive; vous avez manqué de respect à de nombreuses personnes (Rafa et David en premier lieu, mais aussi tous les organisateurs du tournoi, les équipes des deux joueurs, le public présent et tous les téléspectateurs); vous avez manqué à beaucoup de vos devoirs de citoyens comme d’opposant à la loi Taubira. Et c’est quand même dommage. Pour ne pas dire stupide.

Le match puait. Rafa contre Ferrer, ça devait être moche. Je vous l’accorde: vous avez au moins eu la décence de ne pas interrompre Roger. Mais cela aurait eu plus de sens pendant un match d’un Français. Pas plus honorable, pas moins stupide, mais plus concret, moins inadapté. Venir en Sweat LMPT, oui! Balancer des fumigènes pendant un match, non!! Je suis affligée par votre bêtise, votre manque de respect, votre incohérence… Votre prochain happening, c’est quoi? Vous pointer au milieu d’un opéra de Mozart, un Autrichien qui ne vous a rien fait, rien demandé? Arriver devant les coureurs du tour de France? Débouler dans un grand défilé de mode, parce que de toute façon, « dans ce milieu c’est tous des Pédés! »? Non, quoi! Réfléchissez, pensez, utiliser vos neurones: je suis sûre qu’ils vous disent: « STOP À ÇA!!!! »

J’apporte une petite précision, sur le tard, destinée à ceux qui ont qualifié cet article de « bisounours », et à ceux qui le liront par la suite, j’écris la plupart du temps « à chaud ». Mais je vous recommande cet autre article, de Pierre Vallinat, qui remporte tous mes suffrages et exprime exactement ma pensée, en des mots plus posés, mais non moins spontanés et pertinents.

Source image : wikimedia commons

Publicités

31 réflexions sur “Hommen, Hommen, qu’as-tu fait de ta raison?

  1. J’arrive un peu après la bataille… Mais, suite à la lecture de ces commentaires, je tenais à manifester mon soutien à Ribisel, ou plus exactement au point de vue qu’elle défend ici.
    Oui, l’action des Hommen a été relayée par la presse internationale. Oui, elle a dérangé au-delà de Delanoë et des trois bobos du public. Formidable : voilà que, débordant des limites ordinaires de notre expression, nous projetons une image. Voilà que l’on parle de nous.
    « Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi », disait Léon Zitrone. Serait-ce donc là l’idée de nos brillants stratèges masqués? Faire parler d’eux, peu importe pour quelle raison et en quels termes? Dans ce cas, en effet, c’est réussi.
    « 3.42pm: Some idiot with a flare tries to get on court », indique le site du Daily Mail à propos de l’incroyable acte d’héroïsme.
    Des idiots. Voilà ce à quoi nous risquons d’être assimilés par le public que touche un journal figurant, si je ne me trompe, en deuxième place des ventes quotidiennes en Grande-Bretagne.
    Oh, mais, il est vrai que nous n’avons aucun besoin de crédibilité dans cette région-là du monde. Qu’est-ce qui peut bien se passer, en ce moment, qui puisse faire juger intelligent de donner à nos amis d’outre-Manche l’image d’une opposition non pas brouillonne et envahissante, sans objectif clairement défini (s’agissait-il de protester contre le caractère éminemment gay-friendly du milieu tennistique international? De dénoncer la diffusion télévisuelle d’images aussi évidemment homo-érotiques que celles de ces messieurs aux avants-bras musclés et à la peau luisante de sueur? Si le but était réellement une diffusion internationale, pourquoi avoir choisi un (semi) accoutrement aussi propre à transformer n’importe quel respectable fils de famille en une espèce de clown-gymnaste-masqué-anonymous-du-pauvre?) mais calme, résolue, silencieusement digne et massive, telle que l’incarnent nos Veilleurs? Qu’est-ce qui peut bien justifier qu’au lieu de se ridiculiser en se livrant à des activités de type grand jeu scout pour adultes, la dimension justement adulte et responsable du scoutisme en moins, on laisse de côté ses délicieuses petites pulsions de sacrifice-mais-pas-trop (rappelons que, toute difficile que soit la situation, la vie de nos héros masqués n’est guère menacée) pour s’efforcer de donner un exemple sérieux, de montrer que non, nous ne sommes pas les guignols/excités/fauteurs de troubles vraisemblablement homophobes/fascistes/bornés – ne pas rayer de mention inutile – que l’opinion a soigneusement été préparée à voir en nous? Mais si, faites un effort. Figurez-vous que la France n’est pas le seul pays au monde. Nos voisins britanniques, non plus d’ailleurs que le reste du monde, ne sont pas qu’un commode indicateur du succès des Hommen et autre Salopards (ici encore, je dois avouer que le concept du handicap volontaire par tenue vestimentaire évoquant davantage Gros-Taquin le bisounours que Jean Moulin le résistant m’échappe…). Eux aussi vivent des heures bien sombres, et, peut-être moins avancés que nous dans la lutte pour la famille et les droits de l’enfant, ont besoin non pas de savoir que certains se livrent, au nom de cette lutte, à des actions ponctuelles et, dans l’ignorance du contexte actuel, discutables, mais de connaître véritablement la nature et la profondeur de notre opposition, ses manifestations les plus fortes et les plus efficaces – je pense ici, une fois de plus, aux Veilleurs, qui impressionnent bien davantage et font bien davantage réfléchir nos concitoyens que des interventions bruyantes et dramatisées, souvent retenues comme excessives et exaspérantes… Avant d’aller montrer leur nombril aux caméras de Roland-Garros, nos vaillants militants ont-il tenté une approche plus diplomatique et, disons-le, plus intelligente? Quelqu’un se serait-il avisé, par exemple, de contacter par lui-même des média étrangers? Pensez-vous vraiment que, dans les pays où a été rapporté cet « incident », il ne se serait trouvé aucun quotidien, aucune chaîne de télévision pour accueillir une véritable information sur le sujet pourtant juteux – quoi de mieux que de critiquer le gouvernement des autres ?- d’une résistance silencieuse ne lâchant rien malgré l’oppression? Une telle information, qu’il est encore temps de transmettre, ne serait-elle pas infiniment plus utile à notre cause que des tentatives aisément retournées contre nous par les interprétations qui peuvent en être faites?
    Les Hommen à Roland-Garros, ce n’était ni respectable, ni impressionnant. Comme l’a dit un intervenant de ce débat, estimant ainsi parler en leur faveur, c’était potache, avec tout ce que cela implique de naïveté, de maladresse, de ridicule et de futilité ; rappelons ici que le potache, s’il est prompt à chahuter, n’est guère un animal de combat.

    J'aime

  2. Bonjour à tous,

    Ce type d’évènement pourrait être considéré comme héroïque, peut être même comme les derniers soubresauts d’une liberté illusoire à laquelle on nous attache depuis maintenant 200 ans.

    Vous imaginez bien qu’un tel évènement doit être puni comme il se doit et que les malfaiteurs serviront bien à élaborer quelques statistiques sur les profils turbulents. Ceux là même qu’on évincera désormais du stade avant même qu’ils aient passé leur réservation. Le tout sur leur possibilité présumée d’être de type réactionnaire, appartenant bien évidemment à la catégorie d’extrême droite, de type fanatique chrétien, et donc forcément inapte à participer à quelque évènements sociétal que ce soit.

    Ça me fait d’ailleurs toujours rigoler d’écrire fanatique chrétien, car bien que je ne doute pas qu’il en existe quelques un de ci de là, ces gens sont au pire des cas aussi extrémiste qu’un musulman modéré.

    Pour en revenir à nos coupables. Sur fond de bienséance je dirait qu’ils ont eu tord. Mais je crois que les agitateurs subiront des peines bien plus lourdes que les 10 sec d’interruption qu’ont vécu les 2 tennis men.

    Pour conclure je dirais que dans une société ou les libertés citoyennes sont respectées, cet acte est bel et bien choquant et irrespectueux comme vous l’avez écris. Dans une société qui bafoue intégralement la liberté d’expression, ou toute parole prononcée par nos chefs ne sont plus que dictat idéologique. Quand l’humain, l’intelligence et la liberté sont broyés, je dirai que dans ce cas, une telle manifestation en plein cœur qu’un spectacle sportif ne s’apparente ni plus ni moins qu’à un gazouillis d’oiseau au milieu du parc de Yellowstone.

    Et que ces actions ne sont pas assez forte de sens. Je pense que tant que les gens n’iront pas s’immoler toute les heures devant le palais présidentiel, il n’y aura hélas aucun échappatoire à la prédiction somme toute bien infantile de George Orwell.

    Si ma dernière prédiction avait lieu, je pense finalement que la presse et les communiqués du palais présidentiels serait encore capable de faire passer ça pour des dérives de citoyens perdus par des sectes, ou vu que plus c’est gros plus ça passe on dirait d’eux qui participent à des tentatives d’attentats suicide envers le président. (il suffirait qu’en plus l’un d’eux fasse partie d’une communauté religieuse). Ainsi tout au plus le monde serait émue le temps d’une demi seconde, puisque face à la vérité le doute subsiste toujours, mais les gens suivront la théorie officielle, la bonne vielle propagande gouvernementale.

    Celle proférée par des journalistes, qui osent encore porter ce nom. Pour le moi le journalisme consiste à mettre en lumière les évènements majeurs qui bouleversent notre société, afin d’en informer le peuple. Mais pas de l’informer « de gauche » ou « de droite », l’information par nature doit être neutre… Donc amis journalistes, si vous en êtes je vous le dit à tous, vous êtes tous des bléreaux.

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire! Simplement, mesurez vos paroles: vous faites des généralités bien rapidement, et vos propos peuvent tenir de la diffamation, notamment sur les journalistes (d’ailleurs,bléreaux, en vrai, s’écrit Blaireau. 😉 )
      Pour le reste, nous avons pas mal de désaccords dans nos pensées, j ne suis pas là pour essayer de vous convaincre du bien-fondé de ce que j’écris, mais je vous remercie de votre participation au débat!

      J'aime

  3. Plein la tête, plein la tête… voire ! Ca n’est franchement pas grand-chose, des remises en perspective tout au plus…

    J'aime

      1. Volontiers, ma chère…

        C’était en réponse à votre post selon lequel vous vous en étiez « pris plein la tête » suite à ce billet. Ayant lu les commentaires postés à ce jour, je crains que vous ne vous offusquiez pour bien peu de choses, et que, lorsque vous vous indignez, le motif en est assez insignifiant compte tenu de l’enjeu sociétal (voire civilisationnel) à défendre.

        Quant à dire que traiter les journalistes de blaireaux relève de la diffamation, je n’en suis pas certain : personne n’est nommé en particulier. Personnellement, je regrette vivement que les duels (au sabre, au pistolet, etc.) ne soient pas autorisés en matière de presse. En effet, cette situation aurait deux avantages. D’une part, cela laisserait aux magistrats le loisir de s’occuper d’affaires plus sérieuses et, d’autre part, cela éviterait aux pisse-copies de débiter nombre de fadaises infondées autant qu’invérifiées, étant donné qu’ils pourraient en répondre sur le pré. On verrait alors les « couillus » et les autres…

        Je crois me souvenir que l’africaniste distingué Bernard Lugan a, suite a des articles diffamatoires, provoqué en duel deux loqueteux des rotatives, l’un du Monde et l’autre du Figaro, lesquels n’ont, comme de par hasard, pas répondu à l’invite…

        J'aime

  4. « Débouler dans un grand défilé de mode, parce que de toute façon, « dans ce milieu c’est tous des Pédés! »? »

    Pardonnez-moi, mais là je crois que vous vous égarez complètement.

    J'aime

  5. Votre article, ainsi que vos réponses aux commentaires qui suivent, sont confus et assez peu éclairants au final.
    Tout d’abord, vous utilisez des mots très fort « je suis extrêmement choquée », « respect de l’homme »… On peut ne pas apprécier ce genre d’action, on peut trouver que stratégiquement, elle est une mauvaise affaire, mais de là à être « extrêmement choquée », c’est-à-dire « fortement bouleversée », il ne faut pas exagérer. On est « extrêmement choquée » par une injustice flagrante, par un crime odieux, mais pas par une action qui s’apparente plus à une action « potache ».
    Vous parlez de « respect de l’homme », personnellement je dirais plutôt respect de la personne, ou des personnes. En regardant ce qui s’est passé, il n’y a rien d’objectivement irrespectueux des personnes dans ce qui s’est passé : pas de menace directe, pas d’insulte. La seule peur de Nadal, on le voit bien sur les video est due à l’effet de surprise. Jamais son intégrité physique et morale n’a été menacé (ce qui ne fut pas e cas de Mgr Léonard lors de son agression pas les Femen.

    Je passe ensuite sur les propos tenant plus de l’affect que du raisonnement. Il semble que vous soyez une « groupie » des joueurs de tennis, que vous appelez même « Rafa et David ». Je comprends bien que les amateurs de tennis soient plus « agacés » par ce genre d’actions que les autres, mais cela ne constitue pas un argument objectif.

    Il y a un argument qui m’a laissé pantois « les empêchant de faire leur travail ». j’en rirais volontiers… mais, c’est quoi leur travail ? ce n’est pas l’usine, ni la mine, ni les 8h00 de guichets que font nombre de nos concitoyens. Vous dites que leur travail est de jouer au tennis ! vous êtes donc bien naïve ! Leur « travail » n’est rien moins que d’assurer le spectacle, de maintenir les gens devant les télés pour vendre dut temps de cerveaux disponibles aux annonceurs. Pour ce « travail », il seront très grassement payés.Si vous ne comprenez pas cette réalité, ce monde du spectacle permanent dans lequel on nous fait vivre, vous ne pouvez pas comprendre l’action des homens.

    Enfin pour l’aspect d’agressivité, il faut rappeler qu’il n’y a atteinte ni aux biens, ni aux personnes. La seule « agression » que l’on peut reconnaître est celle faite à un certain ordre établi, agression que l’on peut nommé « transgression ». L’action de ces jeunes gens est clairement transgressive tant sur le fond que sur la forme.
    Quant à leur éventuelle condamnation, si elle se produit, elle sera due non pas au fond de leur action, à la signification de leur combat (ce qui ferait un « deux poids deux mesures » avec celles d’en face, ou avec les pilleurs de trains de banlieue) mais bien pour pour la forme transgressive qui a osé s’en prendre au monde du spectacle, à ces machines à faire tourner l’argent que sont les grands événements sportifs internationaux.

    Je conçois que vous ne soyez pas d’accord, ou pas « à l’aise » avec ce genre d’action, mais de grâce, n’habillez pas votre opinion d’arguments objectifs démesurés.

    Bien respectueusement

    Franck

    J'aime

    1. Bonjour Franck,
      Merci pour votre commentaire, qui porte à réfléchir. Je vais vous répondre brièvement (je suis en examens et n’ai pas le temps de m’attarder).
      Je maintiens ce que j’ai dit: je suis extrêmement choquée, oui, et donc « fortement bouleversée ». Bouleversée que ce combat, qui est aussi le mien, prenne une forme si déplorable.
       » Rien d’objectivement irrespectueux des personnes », dites-vous? Je ne sais pas ce qu’il vos faut. L’intégrité des joueurs n’a pas été menacée, je vous l’accorde. Mais leur travail, même si vous ne le trouvez visiblement pas honorable, n’est pas pire qu’un autre, et s’il sert, comme vous le dites, à « assurer le spectacle, de maintenir les gens devant les télés pour vendre dut temps de cerveaux disponibles aux annonceurs. « , il n’en reste pas moins un travail, qui n’est pas plus méprisable qu’un autre. Toute l’année, les joueurs s’entraînent pour un tel événement. Je pense que vous n’imaginez pas ce que représente une finale de Grand Chelem pour un tennisman. J’en profite pour réfuter immédiatement la faute de goût que vous m’attribuez: je ne peux encadrer ni Nadal ni Ferrer: ce sont les deux joueurs du circuit ATP que j’aime le moins, avec peut-être Ernst Gulbis. Ne préjugez donc pas, s’il vous plaît, de ma « groupitude » sans en avoir la moindre idée.
      En outre, je n’ai nulle part parlé d’agression, mais d’agressivité, ce qui n’a rien à voir. L’agression, c’est direct. L’agressivité, elle, ne l’est pas.
      Je lirai encore les remarques que vous pourriez avoir à me faire.
      Ribisel

      J'aime

  6. Je ne te refuse pas, Ribisel, le droit d’avoir ton opinion. J’ai juste une remarque et quelques questions :
    1. Les manifestants n’ont vraiment pas mis en danger l’aspect « sportif » du match. S’il y a bien un reproche qu’on ne leur fait pas dans les médias, c’est d’avoir fait « basculer » le match, qu’on aurait difficilement pu faire moins accroché…
    2. Aurait-on laissé 20 personnes rentrer dans les tribunes du court PC, ou y rester, en sweat LMPT ? Au vu de ce qu’il se passe dans Paris depuis quelques mois, on peut légitimement en douter.
    3. La gêne occasionnée pour les joueurs est somme toute relative. Ils n’ont rien demandé à personne, certes. As-tu pensé, quand tu es venue manifester à Paris, t’asseoir avec les Veilleurs, et autres actions plus ou moins spontanées, à tous les gens que tu gênais ? Qui ne pouvaient pas aller travailler en paix parce qu’une dizaine de stations de métro étaient fermées ? As-tu pensé à ces pauvres CRS et gendarmes mobiles qui ne peuvent aller s’occuper des violences en banlieue, mais qui ne peuvent pas non plus prendre des jours de repos ?
    Alors, oui, je plains Nadal qui a eu peur pendant 30 secondes parce qu’un type sautait sur le court avec un fumigène, et que c’est impressionnant. Mais on ne peut pas parler de violence, et je ne crois pas qu’il faille condamner si durement une action qui a le mérite d’attirer l’attention sur la manière qu’ont les médias français de traiter la question…

    J'aime

    1. J’ai bien précisé qu’il ne s’agissait pas de violence, mais d’agressivité. Là est toute la différence. Les Veilleurs bloquent les métros pendant la nuit: qui va travailler la nuit? Et qui donne des ordres aux CRS et à la gendarmerie mobile? Avons-nous besoin de tous ces escadrons?
      Pour ce qui est des sweats, on peut les avoir dans son sac et ne les sortir qu’une fois rentré dans les gradins du Chatrier, aussi…

      J'aime

      1. D’abord, ce n’est pas sûr qu’on laisse les gens les porter une fois rentrés dans les gradins. A Paris tu ne rentres pas dans un lieu un tant soit peu important avec un tel sweat aujourd’hui… Ensuite, il serait même probable que les caméras aient pour ordre de ne pas s’arrêter sur ces spectateurs et même de les éviter à tout prix… Déjà que là, France 2 a réussi à ne pas montrer les manifestants sur ses écrans… Au cas où quelqu’un pourrait se dire que les slogans sont pas bêtes…
        Et je parle de bloquer les métros et la moitié des rues de la ville pendant les manifs… C’est dimanche, d’accord (mais il y a eu des manifs en semaine). Mais ma chère il y a des gens qui travaillent le dimanche, il y a des gens qui travaillent la nuit. Quand tu as crié dans les rues de Paris, as-tu pensé que tu gênais peut-être des médecins, des infirmières, des pompiers (métiers plus importants et moins rémunérés que tennisman, malgré tout le respect que je porte à ces derniers), qui travaillaient la nuit suivante et qui auraient bien voulu dormir ? Que tu gênais peut-être des malades ? Et si tu y avais pensé, cela t’aurait-il empêché de crier ? Je ne pense pas. Tout ce que je cherchais à dire, c’est que oui, Nadal a pu être effrayé par un type masqué avec un fumigène, parce que c’est impressionnant (on peut donc discuter du caractère visuellement agressif de la manifestation). Mais l’argument de « Jusqu’où va-t-on aller, rendez-vous compte, on a empêché pendant 5 minutes des tennismen de faire leur boulot ! » me paraît bien oiseux.

        J'aime

        1. Le problème, c’est pas « rendez-vous compte, on a empêché pendant 5 minutes des tennismen de faire leur boulot ! », Anjeszka… Ça va au-delà. C’est le respect de l’homme dont on se targe tellement. C’est tout.

          J'aime

          1. Honnêtement, je pense qu’il y aurait irrespect de l’homme à interrompre une opération de chirurgie, mais pas à débouler lors d’un match de tennis, un défilé de mode, un JT de France 2, un Tour de France,… tant qu’on ne met pas en danger les personnes qui y participent. Voilà où je mets la limite : débouler sur la route quand les coureurs du Tour de France arrivent, non : on les mettrait en danger. Mais faire du bruit au moment de la remise des maillots, pourquoi pas ? Cela ne met en danger personne. Cela dérange, oui. Cela agacera peut-être. Mais quand on veut sauver quelqu’un, on ne lui fait pas toujours des choses agréables… Ne rentrerait-il pas beaucoup de « respect humain » dans cette protestation, Ribisel ? Ce respect qui tient compte du regard des autres. Pourtant, même le regard des autres n’a pas tant condamné une violence ou une injustice sportive. Tout au plus s’est-il étonné qu’on soit si déterminé alors que la loi était déjà passée.
            A RG il n’y a pas eu de violence. Le but était d’être vus et entendus, et ils l’ont été, dans le monde entier, sans déroger à leur principe, qui est de faire des événements visibles et bruyants, mais pas violents.

            J'aime

            1. Je n’ai dit NULLE PART qu’il y avait eu de la violence! Relis-moi! J’ai employé le terme « agressivité »! Tu n’es pas la seule à me répondre qu’il n’y a pas eu de violence: je le sais, je le dis, et je fais la distinction entre un acte violent et un acte agressif, lui-même encore différent d’une agression…

              J'aime

      2. « Les Veilleurs bloquent les métros pendant la nuit: qui va travailler la nuit? »

        Vous êtes sérieuse ??? Des milliers de gens à Paris travaillent la nuit, pour que le jour la ville soit présentable…

        De même, à Angers, des gens vivent autour du Ralliement. Les chants des Veilleurs les dérangent probablement.

        On ne fait pas la guerre sans déranger des gens, c’est comme ça.

        J'aime

  7. Je suis tout à fait d’accord avec vous sur le port du sweat LMPT : il me semble qu’un groupe de 20 personnes en sweat LMPT rose fluo regardant tranquillement le match depuis les tribunes aurait constitué une action tout aussi subversive, si ce n’est plus, puisque le public et les médias n’auraient eu aucune raison valable de les attaquer…
    Mais le militantisme quel qu’il soit connaîtra toujours cette dichotomie entre finesse stratégique et quête d’adrénaline et d’actions spectaculaires, c’est ainsi !

    J'aime

    1. Merci pour votre soutien! Je vous avoue que, depuis hier où j’ai posté cet article, je m’en prends plein la tête, comme quoi je suis une bien piètre opposante… Mais ON NE LÂCHE RIEN! Quoi qu’en pensent les autres!

      J'aime

    2. Personne n’aurait remarqué les sweats, et certainement pas la presse internationale : France 2 aurait coupé toutes les images, et ça n’aurait servi à rien. A la rigueur à faire ch… Delanoé et trois bobos dans le public. Ça ne me semble pas un objectif valable…

      J'aime

            1. C’est un point de vue, en aucun cas une vérité absolue.

              N’oublions pas qu’en temps de guerre, on se bat parfois jusque dans les églises et dans les hôpitaux. Alors un courts de tennis…

              J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s