J’ai rencontré des Néo-Soviétiques.

Hier soir, j’étais, comme tous les mercredis, Place du Ralliement, à Angers, avec les Veilleurs. Depuis la semaine dernière, un petit groupe, les « Réveilleurs », vient perturber nos Veillées, qu’ils appellent des prières et qu’ils nous exhortent à aller finir dans une église. Ces Réveilleurs (ou Éveilleurs: le nom change, selon facebook ou twitter), bruyants, irrespectueux, insultants, parfois à la limite de la violence, mais tout à fait agressifs (cf distinction dans mon article précédent ). Ces Messieurs-dames, se lassant de frapper leurs casseroles avec leurs cuillères (c’est fatiguant, à la longue!), ont voulu faire comme nous: chanter. Outre la qualité de la chorale qui n’était pas d’un aussi bon niveau que leur fanfare de la semaine dernière, c’est surtout le chant qu’ils ont entonné qui m’a stupéfaite (Je ne dis pas « choquée », sans quoi certains vont encore me qualifier de bisounours. Sachez cependant (mais c’est un secret) que j’ai été choquée, bouleversée, d’entendre ce chant. (Admirez le suspense dans lequel je vous laisse attendre!! ) ).

Ces gens, ces Français, ces hommes et femmes du XXIè siècle, ont entonné, tenez-vous bien, l’Internationale. Ces mots, ces notes ont raisonné Place du Ralliement:

« C’est la lutte finale
Groupons-nous, et demain,
L’Internationale,
Sera le genre humain. »

Se rendent-ils compte, ces Réveilleurs, du symbole que transporte ce chant? Des horreurs dont ils été l’insigne? L’Internationale, c’est la lutte ouvrière. Quel est le rapport avec les Veilleurs? Aucun. Ce n’est donc probablement pas pour cela qu’ils ont chanté ce chant. Mais l’Internationale, c’est aussi, et avant tout dans les mémoires, l’hymne national de l’URSS. Et par là, un emblème du totalitarisme. Un emblème de l’Anti-France, puisqu’elle ne prône ni la Liberté, ni l’Égalité, ni la Fraternité. Elle est violence, elle est révolte, elle est haine. Et voilà ce que nous opposaient, à nous, Veilleurs pacifiques, attachés aux valeurs et à la culture françaises, ces personnes sans respect, qui affichaient ouvertement, comble de l’ironie, leur espoir des Lendemains qui chantent, leur amour du communisme, leur attachement, finalement, à ce totalitarisme qui s’installe peu à peu en France, n’est déplaise à Monsieur Hollande…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s