Inna Modja, Jedi de la lutte contre les violences conjugales

L’info date un peu, mais reste néanmoins intéressante, et l’action louable: Inna Modja, chanteuse malienne, interprète notamment de « French Cancan », vient de sortir une nouvelle chanson: La Valse de Marylore. Le court métrage qui l’accompagne, réalisé par Marco Conti Siki, met en scène trois couples, dont l’un des membres est victime des coups portés par son compagnon (ou sa compagne, puisqu’évidemment, le politiquement correct passant partout, il fallait mettre en scène un couple homo). Ce clip vidéo, sorti le 8 mars, pour la journée de la femme, est soutenu par le Comité ONU Femmes France.

 

Ceux qui me lisent depuis longtemps et qui commencent à cerner ma personne ne seront pas surpris d’apprendre que je trouve la musique assez basique, et peu intéressante. Cependant, je trouve que l’initiative d’Inna Modja est belle. Ayant elle-même subi une excision lorsqu’elle était enfant, au Mali, elle est particulièrement bien placée pour pouvoir parler des violences faites aux femmes, qui, même en France, sont encore très (trop) courantes, puisque presque 150 femmes sont mortes cette année sous les coups de leur conjoint. Comme quoi, cela n’arrive pas qu’aux autres, dans des pays lointains peuplés de tribus plus ou moins bizarres…

Pour finir (oui, aujourd’hui je fais court…) , je suis heureuse de constater qu’il y a encore des personnes capables de jugement, et de faire des beaux clips, fondés sur des faits, et pas des fictions absurdes comme Lisa Azuellos dans cette parodie de mariage bourgeois, avec Julie Gayet et Alexandre Astier, liant une gamine de 10 ans à un vieux libidineux… Je précise que je sais que les mariages forcés existent. Mais ils ne sont plus présents dans cette catégorie de la société française, et aujourd’hui, on ne marie plus les enfants à cet âge là, en France. Il faut vivre avec son temps, et accepter de montrer les choses comme elles sont, comme le fait Inna Modja. Dans ce court métrage, que je trouve ridicule, inutilement choquant, et stigmatisant pour la classe aisée, Lisa Azuellos veut montrer la réalité du mariage forcé dans certaines cultures, et présent en France, au sein même de ces cultures implantées ici, à travers une famille dont la culture n’est pas en accord avec ce genre de traditions. « Ce film est mon cri à moi pour que l’on puisse entendre le leur. Et que cesse l’idée que cela puisse être une normalité », dit la réalisatrice. Ah oui, parce que pour elle, c’est une idée qui est encore normale??

Ce genre de clips minables me fait d’autant plus apprécier la beauté de celui d’Inna Modja, et son bien-fondé. Sans parler de son esthétique, qui en fait un joli petit bijou du clip. Je plussoie. 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s