« La démocratie n’est jamais acquise »

AVERTISSEMENT: Je re-rappelle que je ne suis pas raciste, fasciste, antisémite, frontiste, LePeniste, et que cet article n’est que le fruit d’une réflexion suscitée par des FAITS, et non par l’opposition à des idées. Et je précise que je fais partie des quelques 25% des jeunes de moins de 35 ans à être allée voter, mais pas des 30% de cette même tranche d’âge à avoir voté FN. 

« Je suis là pour montrer aux gens qu’il faut voter, qu’il ne faut pas laisser les autres penser à sa place. La démocratie n’est jamais acquise ». C’est en ces mots qu’un jeune manifestant contre le score du FN a répondu aux questions du journal Le Monde, lors de la « Marche contre le F Haine », qui s’est déroulée hier, 29 mai, dans plusieurs villes de France. 

Je suis assez d’accord avec le fait qu’il ne faut pas laisser les autres penser à sa place, et aussi avec le fait que la démocratie n’est jamais acquise. J’y reviendrai. Cela dit, je trouve bien prétentieux d’affirmer que sa seule présence (et celle de ses copains) va faire voter les gens au prochain scrutin. Ce n’est pas quelques centaines de personnes (environ 1200 dans toute la France, selon les chiffres officiels) qui font voter les gens. C’est plutôt les 25% d’électeurs du FN qui vont les faire bouger pour les prochaines élections. Ils auront au moins eu ce mérite.

Pour en revenir à la suite des propos de cette jeune personne de 20 ans, bien sûr, « il ne faut pas laisser les autres penser à sa place ». Mais ce n’est pas à coups de « il faut / il ne faut pas » que l’on va faire changer les choses, que l’on va faire grandir la France. Non. Clairement pas. Les Français en ont plein le dos, de ces discours moralisateurs, de ces conseils, de ces consignes de comportement, et surtout, de cette classe politique indigne et pourrie. Et ce n’est pas le fait de ne pas voter qui fait penser les autres à notre place. Le fait de ne pas voter laisse aux autres le droit de s’exprimer à notre place. Ce n’est pas la pensée, qui est aliénée, mais l’expression de ces idées.

« La démocratie n’est jamais acquise », c’est vrai également. La preuve: il y a encore des gens pour manifester contre les résultats d’une élection démocratique… Je n’approuve pas ces résultats, et je ne pense pas non plus qu’ils sont représentatifs des idées de la majorité des Français. Mais tel est le résultat de ce scrutin, et manifester contre ne mènera à rien, en tout cas pas avant les prochaines élections. Et encore: une manif n’a jamais empêché qui que ce soit de voter contre les personnes de son choix. L’abstention, pour moi, ce n’est pas un obstacle à la démocratie: les abstentionnistes sont, pour la plupart, ceux qui auraient voté blanc, étant en désaccord avec l’ensemble des politiques proposées, ou encore, ceux qui se désintéressent de la vie politique du pays. La démocratie, c’est laisser le choix au peuple, me semble-t-il. Le peuple a donc le choix de laisser sa voix à d’autres. Cela fait partie des limites de ce système politique: chaque régime a ses limites, et la démocratie ne fait pas exception. La démocratie n’est jamais acquise, non. Parce qu’il ne faut pas se leurrer: la démocratie est chimérique. L’idéal est trop haut. Mais ce n’est certainement pas en manifestant contre le résultat d’un scrutin que cela va changer les choses. Au contraire. La démocratie, même imparfaite, ça se respecte.

Publicités

Poutine, alter-Hitler?

« Vladimir Poutine est en train de faire la même chose que Hitler », dixit le Prince Charles d’Angleterre. Cette comparaison, même si elle a été faite dans le domaine privé, me semble un tantinet exagérée. Un gros tantinet, même. 

Poutine a-t-il tué des millions de personnes? Poutine participe-t-il et ordonne-t-il un génocide sur un peuple en particulier? Même les Tchétchènes ne correspondent pas à ce critère. Poutine a-t-il lancé une guerre mondiale? Poutine a-t-il mis l’Europe entière à feu et à sang? Poutine jouit-il d’un véritable culte de la personnalité, de manifestations à sa gloire? Alors quoi de commun entre Adolf et Vladimir? Poutine a une bonne tête d’Aryen, certes. Pour autant, à l’heure où il a soumis à la Douma une proposition de loi visant à punir « la négation de l’action des armées de la coalition anti-hitlérienne pour soutenir la paix mondiale et la sécurité ainsi que la diffusion d’informations mensongères relatives à la Seconde Guerre mondiale », je pense que l’on peut douter de ces prétendus liens de ressemblance entre les deux hommes. Tout ce qu’on peut lui reprocher, c’est d’avoir instauré un régime autoritaire dans son pays, comme l’avait fait Hitler. 

Ah oui, et aussi, à l’instar d’Hitler en 1933, il a été élu démocratiquement.

Alors, votre Altesse, je vous suggère de faire attention à vos propos, fussent-ils prononcés dans la sphère privée. On n’amalgame pas un régime meurtrier et pervers à un autre, autrement moins néfaste, sur le seul constat d’un autoritarisme qui ne vous plaît pas ou d’une annexion illégale selon la pensée unique occidentale.

Supprimons l’autorité parentale… ou pas!

Hello la gauche laxiste! La dernière? La députée PS Colette Capdevielle souhaite le retrait du terme « autorité parentale » au profit de la « responsabilité parentale ». Si le terme de responsabilité n’est pas absurde, puisqu’en effet, les parents sont bel et bien responsables de leurs enfant, la suppression du terme d’autorité, et par là, la suppression légale tout court de l’autorité parentale, est une (nouvelle) connerie de cette majorité vicieuse, viciée et viciante.  

Et cette nouvelle proposition se pointe – ô surprise! – « en même temps qu’on envisage de punir la fessée! . On voit les excès de l’autorité parentale: il est normal de les punir. Mais il serait criminel de supprimer l’autorité pour en supprimer les excès… Ce que l’on refuse de voir, ce sont les conséquences de l’absence d’autorité: les enfants délinquants ne sont pas, contrairement à ce que croient les socialistes, ceux des familles pauvres, mais ceux des parents sans autorité. Fabriquez des parents-copains, vous aurez des enfants délinquants.» (Chantal Delsol, philosophe, dans Le Figaro) J’approuve totalement – sans pour autant m’autoproclamer philosophe! – Madame Delsol, et ma pensée rejoint tout à fait la sienne. L’enfance a besoin d’autorité, sans quoi, elle est abandonnée à un libre arbitre qui n’est pas formé, pas prêt à poser des choix. Et cela se montrera quasi-certainement destructeur. 

Quel rousseauisme sous-jacent dans cette proposition! le parent est responsable mais n’a nulle autorité: l’enfant en sera-t-il meilleur, si on ne le contraint pas? Si c’est société qui corrompt l’homme, en ôtant toute « formation » issue de la société, épargnera-t-on le mal à ces futurs adultes, à ces personnes qui sont la future France? 

Cela n’a aucun sens. à un arbre il faut un tuteur, qui le force à pousser droit. Aux enfants, il faut des parents qui, sans tomber dans un autoritarisme tout aussi destructeur et dangereux, fassent preuve d’autorité, pour les aider à grandir droit également. La métaphore est très bateau, je le sais, mais Dieu, qu’elle est vraie! 

Laissez aux parents ce qui est dans la nature de leur fonction! Cessez-donc de vous immiscer là où vous n’avez pas à mettre votre nez! Mais bon sang, que les socialistes redressent l’économie, et fassent leur boulot, au lieu de circonvolutionner autour des problèmes en traitant tout ce qui est secondaire, si ce n’est inutile ou néfaste!

La nuit aux Invalides, ce havre d’amour de la France glorieuse

Aujourd’hui, petit point culture et petit point « j’ai aimé ». Ca faisait longtemps que je n’avais pas parlé de trucs sympas ici, c’est le moment où je m’y remets. 🙂

Je suis donc allée la semaine dernière voir le son et lumières « La Nuit aux Invalides ». Et n’en déplaise à mon amie russe qui était avec moi et qui a trouvé que ça ne valait pas ce qu’il y a en Sainte Russie, moi, j’ai trouvé ça rudement chouette. Et même mieux que ça. Un véritable hymne à la France et à son histoire à travers cette fresque historique, depuis la création des Invalides par Louis XIV jusqu’à aujourd’hui. A travers la Révolution française, l’Empire, les guerres mondiales, tous ces siècles d’histoire, les Invalides se tiennent là, en plein Paris, et racontent leur histoire.

Des effets lumineux magnifiques, un choix des musiques irréprochable, un récit prenant, une ambiance presque recueillie, et une émotion générale: voilà ce que je retiendrai de cette soirée.

C’est un véritable à l’histoire de France que nous avons vu ce soir là. Napoléon et la grande époque de l’Empire on repris vie sous nos yeux, après la sanglante représentation de la Révolution Française, laissant les Invalides ravagés et presque en ruines sous nos yeux. La première guerre mondiale, ensuite, a détruit le célèbre monument, sans cesse rebâti.

Image

Des décors splendides, des effets lumineux magnifiques et spectaculaires, une vraie réussite, selon moi.

Petit hic? Oui. Hormis l’oeil de Sauron qui apparaît au tout début sur chacune des soixante oeil-de-boeuf qui donnent sur la cour, plus amusants qu’autre chose, les drapeaux de l’UE, de l’OTAN puis de l’ONU qui apparaissent à la fin sur les murs m’ont plus irrité qu’autre chose. Comme si ces entités supranationales avaient apporté quoi que ce soit à l’histoire des Invalides… Certes, des soldats Français sont morts ou ont été blessé et se battent au nom de ces organisations. Mais ces références détonnaient complètement avec l’hommage à la France historique, la France seule et fièrement autonome de nos ancêtres.

Vous êtes donc prévenus: il faut aller voir ce magnifique spectacle, plein d’amour patriotique et de révérence pour les grands hommes qui ont fait la France. AU pire, fermez les yeux sur les dernières minutes, mais régalez-vous!

Le Karaoké de Taubira.

Madame Taubira, Ministre de la République, égérie de la France désacralisée et des symboles méprisés. Joli pedigree. 

Parce que pour Cricri, chanter la Marseillaise, cet hymne National qui même s’il est issu des heures sanglantes de notre histoire, a vu et fait grandir notre pays, cet hymne national symbole d’une France pour laquelle tant d’hommes sont morts sur les champs de bataille, et continuent de mourir, chanter cet hymne, donc, c’est participer à un « Karaoké d’estrade ». Je n’irai pas, comme le fait le FN, jusqu’à exiger le limogeage de Taubira. Cependant, je pense qu’au lieu de se justifier par des arguments bidons du genre « Le soliste chantait tellement bien et moi tellement faux que je n’ai pas voulu pourrir la musique », elle devrait tout simplement admettre que pour elle, la Marseillaise n’a pas l’importance qu’elle devrait avoir, puisque selon son propre aveu, elle « n’en connaît pas les paroles« … Dite-vous bien qu’elle est ministre de la Justice, qu’elle se targue de faire avancer la France, mais pour autant, elle méprise si facilement le passé, l’Histoire, qui est le fondement de notre société (d’ailleurs ce n’est clairement pas la première fois qu’elle en fait table rase…). Même Kate Middleton, qui n’est pourtant pas galloise et ne parle pas la langue, lors de sa première visite officielle dans son nouveau fief, a fait l’effort d’en apprendre l’hymne, alors même que le gallois est imprononçable… 

«Certaines circonstances appellent davantage au recueillement qu’au karaoké d’estrade.» Certes, une cérémonie d’hommage aux victimes de l’esclavage est une circonstance qui mérite le recueillement. Mais quand on est ministre, tout recueilli que l’on soit, son devoir premier est d’honorer la France avant sa propre émotion, de faire passer son rôle et son personnage public avant son personnage privé. C’est tout. 

Je ne demande pas le limogeage de Taubira, ni même sa démission (et pourtant ça me ferait plaisir de ne plus voir sa tête!). je demande seulement qu’elle fasse au moins preuve d’un minimum de respect pour tous ces hommes qui sont morts pour la France en chantant la Marseillaise, et pour le peuple dont elle est en charge de la justice. Car la justice, c’est de rendre hommage à son pays, de rendre hommage à ses morts, et rendre à chacun le respect qui lui est dû. 

 

Ribisel, deux ans après.

Il y a deux ans tout pile, je publiais ici mon premier article. Deux ans, c’est assez peu, mais ces deux derniers furent chargés! Et si je n’ai pas publié autant d’articles que l’auraient mérité certaines situations, il y a tout de même pas moins de 64 articles sur ce blog. Je ne les ai pas vus passer. Je me souviens encore du tout premier, du moment où je l’ai écrit… Et mon état d’esprit n’a pas changé.

En le relisant aujourd’hui, je me dis que Hollande ne m’a pas déçu: il est exactement comme je pensais qu’il serait. En encore plus mou. La France telle qu’elle était disparaît peu à peu. En deux ans de quinquennat, quel est le bilan? Une loi controversée passée en dépit des mobilisations, une courbe du chômage qui n’en finit pas de ne pas grimper, une cote de popularité qui ne fait pas mieux, une affaire Depardieu, une affaire Closer, une affaire Dieudonné, un remaniement, et un FN exacerbé et de plus en plus puissant… Une réussite dans ces deux premières années? Peut-être l’intervention au Mali, si tant est qu’on puisse parler d’une réussite. Non, vraiment, ce demi bilan n’est franchement pas glorieux tant pour le Président que pour son image que pour celle de la France.

Hier, François Hollande fêtait son anniversaire d’élection. Mais un bilan comme ça, ça ne se fête pas… « Mais où sont passées les promesse, où vont tous les serments? Faut-il toujours qu’ils disparaissent, qu’ils filent avec le temps? » chantaient il y a queslques années les enfants de Vox Angeli… Il faut croire que oui!