Porter haut ses couleurs : interdit en France quand on est étranger. #NanMaisAllôQuoi

Nice. Estrosi, UMP, Football, Algérie, violences… On mélange tout ça, et hop, on a un arrêté municipal qui interdit « l’utilisation ostentatoire » de drapeaux étrangers pendant tout le mondial de football. Ok, tout va bien. Je veux bien que M. Estrosi veuille éviter dans sa ville les dérives que nous avons vues à Paris, Lyon, Marseille, ou encore dans le Nord de la France. J’admets aussi que la Côte d’Azur accueille de nombreuses personnes issues de l’immigration, susceptibles de créer les mêmes types de désordres malvenus. Mais je trouve que cette mesure est stupide, inadaptée et irréfléchie. Si la seule absence d’un drapeau pouvait empêcher des débordements, ça se saurait, et on aurait pu éviter de nombreuses rixes par le passé. Au contraire, cette mesure va exacerber cette identité forte du peuple algérien et de ses représentants sur le sol français. 

C’est par ces mots qu’Estrosi a justifié sa décision: «Depuis le début de la Coupe du monde, nous sommes malheureusement confrontés à des comportements intolérables qui nuisent à la tranquillité publique. On ne peut accepter ces débordements! Ils sont l’exemple de la perte d’autorité de l’Etat». Ok. Sauf que Nice n’a absolument pas été théâtre de tels comportements, ou alors, de façon très limitée, voire marginale. Cette stigmatisation n’amènera rien de bon, c’est certain. Et je doute, en outre, que cette règle soit respectée, ce soir. Si l’Algérie l’emporte face à l’Allemagne, les drapeaux seront de sortie. Et si elle perd, rien n’empêchera les plus agressifs des supporters de créer le désordre s’ils le souhaitent. C’est absurde que de penser le contraire. 

Si l’affichage du drapeau algérien a accompagné les violences du match précédent, il ne les a néanmoins pas CAUSÉS. S’ils sont liés, ce n’est pas par une relation de cause à effet, mais par un lien de personnes. Estrosi est-il si aveuglé qu’il ne s’en rende pas compte? Cette mesure est ridicule, et ne remplace clairement pas quelques régiments de CRS! 

Les Femen expulsées : scandale ou justice?

Le tribunal d’instances d’Asnières a décidé l’expulsion des Femen du local qu’elle occupent – pour ne pas dire squattent – depuis plusieurs mois, dans une usine désaffectée de Clichy. Et ces dames de crier au scandale. Il n’y a pourtant rien de plus légal, pour un propriétaire, que de demander l’expulsion de personnes occupant sans autorisation sa propriété privée.

Une réaction d’Inné Shevchenko? Bien sûr! Et bien entendu, encore une réaction irrespectueuse au possible, tant des citoyens français que des catholiques de France:  « Nous occuperons une église ou l’hôtel de ville de Paris ». Si Mme Hidalgo, qui leur a déjà signifié son soutien, décidait de leur offrir un nouveau QG, libre à elle. Même si je ne cautionne pas et que je pense qu’elle aura à subir des manifestations de mécontentement, elle est encore maîtresse de sa commune. En revanche, si ces hystériques dépoitraillées prenaient possession d’une église, cela serait très clairement le feu vert à plus d’agressivité envers elle. Agressivité de toute façon inacceptable, mais néanmoins compréhensible de la part des catholiques. Ne croyez pas, mesdames les femen, que vous allez continuer à mépriser les catholiques impunément. Le jour où le ras-le-bol général dépassera les limites de la patience et de la Charité chrétienne, vous allez douiller. Et honnêtement, vous l’aurez cherché. Vous pourrez nous accuser d’extrémisme, de fascisme, et de tout ce que vous voudrez d’autre. Mais vous n’aurez plus comme secours qu’une gauche de plus en plus en disgrâce, qui ne vous sera d’aucun secours. 

Les églises ne vous appartiennent pas plus que l’usine que vous squattez et dont vous empêchez les travaux. Vous violez le droit à la propriété privée, et voulez en plus violer le respect du à toutes les religions sur le sol français, qui vous accueille sans rien recevoir en retour que des scandales, de l’agressivité, de la violence… Rhabillez-vous, et méditez sur vos actes. 

Il n’est pas scandaleux que vous soyez expulsées. C’est normal, et c’est juste. N’importe quelle autre association aurait subi le même sort que vous. Ne criez donc pas à la manoeuvre politique.  Ne criez pas au scandale, vous êtes vous même un scandale. 

Valls, soutien officiel de l’Algérie.

J’ai été absolument scotchée par cet article lu dans L’équipe, qui rapporte les propos adressés par Manuel Valls aux Algériens de France, avant le match de foot d’hier, opposant l’Algérie à la Russie. Il a dit espérer que « l’Algérie rejoindra la France » en 8èmes de finale du Mondial de football, et penser à « nos compatriotes d’origine algérienne » pendant cette soirée.

Mais quand on est ministre, si l’on soutient une équipe de foot, c’est celle de SON pays! Et si l’on en soutient une autre, on ne le crie pas sur les toits, ne serait-ce que par respect pour les ressortissants du pays adverse présents sur le territoire! Parce qu’il y en a, des « concitoyens d’origine russe », en France! Et ce n’est pas parce que nous sommes moins nombreux, que nous faisons moins  de bruit et de débats, que nous ne soutenons pas l’équipe russe ni que nous nous désintéressons du football ! En faisant une telle déclaration, Valls a hiérarchisé les personnes d’origine immigrées de France. Les Algériens trouvant, visiblement, plus grâce à ses yeux que les Russes. Et pourquoi donc? Est-ce à cause des conflits avec Poutine? Est-ce à cause du plus grand nombre de ressortissants algériens que de personnes d’origine russe? Est-ce une manoeuvre politique pour se mettre cette communauté dans la poche? Je n’en sais rien. Mais ce que je constate, c’est que c’est d’une indélicatesse et d’un manque de tact impressionnant et affligeant. Nous voir préférer les Algériens est presque vexant. Non pas que j’estime que les Russes leur soient supérieurs. Mais nous sommes, au même titre qu’eux, accueillis par la France. Mais nous, au moins, ne faisons pas des carnages après des matches de foot! 74 interpellations, hier, suite aux scènes de « liesse populaire » qui a suivi ce match (nul) qualifiant l’Algérie pour les 8èmes de finale, mais rien, rien du tout, côté russe. Aucun débordement. Et pourtant nous existons, nous sommes là. Mais nous sommes plus discrets.

Faut-il donc, pour qu’une minorité soit reconnue par le gouvernement, qu’elle fasse du bruit (et pas forcément en positif!), qu’elle sème le désordre? Je ne généralise pas, attention, je ne dis pas que TOUTES les personnes d’origine algérienne de France étaient dans la rue hier soir. Ni qu’elles ont TOUTES passé une heure à tourner en rond autour de mon immeuble en hurlant et en klaxonnant, cette nuit. Mais tout simplement que les débordements viennent de cette communauté.

FBL-WC-2014-ALG-RUS-FANS

Débordements à Marseille, hier soir. (source: Le Figaro)

En outre, Manuel Valls avait-il besoin d’affirmer son soutien à l’Algérie? Non. Cette intervention n’avait rien à voir avec l’événement auquel il participait. Une exposition sur le pèlerinage à La Mecque à l’Institut du Monde Arabe nécessitait-elle un soutien à une équipe sportive en compétition? Je ne le pense pas.

Le sur-intérêt montré par nos gouvernants à ces minorités-là, et au détriment des autres, ne peut pour moi pas conduire à une France apaisée, ni à la France si parfaite à laquelle ils rêvent, cette France qui accueillerait chacun, avec ses différences, sur le même pied d’égalité.

Cette seule déclaration en est la preuve: la France se préoccupe plus de certaines minorités que d’autre. Et pas des plus sympas, visiblement.

Le docteur Bonnemaison acquitté: légalisation anticipée de l’euthanasie.

Ça y est, la porte est ouverte à tout. Un médecin empoisonneur acquitté par la cour d’assises, et 7 personnes âgées décédées auxquelles on n’a pas rendu justice. Joli bilan. La sphère pro-euthanasie jubile, les défenseurs de la vie dépriment. 

Mais faut-il rappeler que, jusqu’à nouvel ordre, cet acte devrait être puni par la loi? Empoisonner 7 personnes, fussent-elles en fin de vie, peut-il rester impuni? Il faut croire que dans notre France, oui, c’est possible. Le docteur Bonnemaison est même autorisé à continuer d’exercer. Et pourquoi pas à récidiver, aussi?  » Cela fait partie du devoir du médecin d’accompagner ses patients jusqu’au bout du bout », a-t-il expliqué. Et d’ailleurs, quand le bout est trop au bout, on le rapproche un peu, c’est bien cela? Accompagner jusqu’au bout, ce n’est pas interrompre, au contraire! 

Le docteur Bonnemaison a prêté le serment de l’ordre Français des Médecins. Il a donc prononcé ces mots : « Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. ». Donc en plus d’être un assassin, c’est un parjure. Et selon le serment d’Hippocrate , « Si je remplis ce serment sans l’enfreindre, qu’il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire et mourir dans la tristesse. » Je ne souhaite pas à cet homme de mourir dans la tristesse. Cependant, il a juré cela. Il s’y est engagé. Et a fait marche arrière. 

On me dira que de toute façon, ces personnes allaient mourir, qu’elle étaient en fin de vie. Fort bien. Mais vous aussi, allez mourir! Dans des délais plus ou moins long, mais chacun de nous va mourir. Et pour autant, nul n’est autorisé à vous donner la mort. Les malades sont-ils donc des sous-hommes, pour que ce droit élémentaire à la vie leur soit enlevé?? 

« Vous n’êtes pas un assassin, vous n’êtes pas un empoisonneur », a affirmé le Procureur. Et si on lui offrait un dictionnaire? Un homme qui en empoisonne un autre EST un empoisonneur! Quoi d’autre? Vu comme ça, un homme qui braque une banque n’est pas un braqueur, un violeur n’est pas un délinquant sexuel, et une femme battue n’est pas victime de violence conjugale! 

Le juge a adressé ces mots à Bonnemaison: «Vous avez agi en médecin, mais en médecin qui s’est trompé». Comment lui dire que lui-même a agi en juriste, mais en juriste qui s’est trompé?

Viva el Rey?

Le monde ne parle que de l’Espagne, aujourd’hui. L’équipe de foot sortie dès le stade des poules au Mondial, et l’accession au trône de Felipe, nouveau roi d’Espagne. Je vais plutôt me focaliser sur ce dernier événement, qui, pour moi, présente un léger contre-sens dans le cérémonial. Le Roi a prêté serment ce matin, sur la Constitution et en présence du Parlement, ainsi que de sa femme Letizia et de ses deux filles. Et hop, ça y est, il est roi. Mais de quel droit? Ne manque-t-il rien à cet événement? Qu’est-ce qui fait la différence entre un monarque et un dictateur? Qu’est ce qui différencie un roi légitime d’un chef d’état, à part le plébiscite du peuple

Image
C’est bien simple: c’est le sacre qui fait la différence. N’importe quel homme peut être à la tête d’un État tel que l’Espagne de la même manière que le Roi Felipe. Rien ne le différencie de l’Espagnol lambda, rien ne justifie son accès au pouvoir, s’il ne reçoit son pouvoir de Dieu. Si ce n’est qu’un symbole pour beaucoup, du moins cela explique et justifie-t-il le pouvoir du Roi. Dans cette situation, où le Roi n’est pas couronné, il n’a aucune légitimité à être sur le trône, puisqu’il n’a été élu par personne: ni par son peuple, ni par Dieu.
Pourquoi se passer de sacre? Parce que le faste d’une telle cérémonie serait d’un coût trop élevé pour l’état actuel des finances de l’Espagne (source: Huff Post). Et aussi parce que l’Espagne est un État laïc. Mais la laïcité, dans cette situation, est décalée, car elle ote tout légitimité à son Roi. Le roi n’est donc pas sacré, mais uniquement intronisé. Ce qui ne fait pas un roi. La couronne, les habits du sacre, tous les symboles royaux, n’auraient d’ailleurs rien coûté, puisque déjà existants, et utilisés à de nombreuses reprises pour les sacres des rois précédents, dont Felipe est à la fois héritier et successeur. Le faste, s’il avait existé, aurait été d’abord symbolique, mais aussi légitime, sans pour autant vider les caisses de l’État. Cela n’est donc pas un véritable argument. 

J’en reviens à présent à la question de la laïcité, qui est un principe fondateur de la monarchie espagnole actuelle, et qui, même si elle voit se succéder des rois catholiques, se doit de rester « neutre religieusement ». Le respect de la liberté religieuse, tout ça. Fort bien. je respecte aussi. Mais cette laïcité n’est, dans les faits, pas compatible avec la monarchie telle qu’elle est en Espagne, ou même en Angleterre, ou comme elle était en France. Chacun de ces trois pays a d’ailleurs fait un choix différent: la France à changé de régime et est passée à une république, l’Angleterre est restée traditionnellement ancrée dans sa religion anglicane, dont la reine, couronnée à l’Abbaye de Westminster, est le chef. Reste l’Espagne, qui tente un consensus, qui me laisse plutôt dubitative. Monarchie sans religion ni  élection, Roi au pouvoir sans plébiscite… Si dans les faits, cela ne gêne personne, dans les mentalités, cela aura forcément un impact à un moment ou un autre. Car sans sacre, plus de Dieu. Sans Dieu, plus de droit divin, et sans droit divin, plus de Roi légitime. 

Ma question est donc la suivante: quelle légitimité Felipe aura-t-il, et de quelle autorité  pourra-t-il se réclamer? 

Trierweiler </3 Poutine

Valérie Trierweiler s’est déclarée « heureuse de ne pas avoir à serrer la main de Poutine » (qui vient en France pour la commémoration du DDay, en Normandie), hier, sur Twitter. J’ai envie de dire que cela nous fait une belle jambe. Mais surtout que cette petite déclaration est absolument déplacée. En effet, par ce petit tweet, elle se rappelle aux Français comme ex-copine de François Hollande. Fort bien. Mais justement. En tant qu’ex du Président de la République, elle est, encore aujourd’hui, tenue à un certain devoir de réserve, et surtout, au respect des politiciens et hommes d’État étrangers. Son ancien statut, si toutefois on pouvait vraiment parler d’un statut lorsqu’elle était à l’Elysée, ne lui permet plus d’avoir cette « liberté de ton » qu’elle se revendique. Quand on est ou qu’on a été une femme publique, et particulièrement dans la sphère politique, on ne peut pas se permettre de telles déclarations. Eût-elle été actrice, chanteuse ou écrivain, sa position de femme publique aurait été différente, puisque pas directement liée à ces personnages politiques étrangers. 

Cette caricature systématique et ce dénigrement facile de Poutine par les hautes sphères politiques françaises  passent également par ces petites phrases d’une femme qui, si elle n’a aucune place dans la hiérarchie française, a tout de même une parole qui a du poids. Voilà pourquoi ces propos sont totalement déplacés. Sans parler du fait qu’on s’en fout, qu’elle n’aime pas Poutine. Son ex-boyfriend non plus, ne l’aime pas. Mais lui, au moins, a la décence de ne pas le crier sur la place publique.