Ma tristesse, ma peur… #CharlieHebdo

Je ne peux pas dire que #JeSuisCharlie. Je suis trop opposée à leur ligne éditoriale pour cela. Mais je suis, moi aussi, une Française attaquée. Je ne suis pas morte dans cet attentat. Mais je fais partie des 66 millions de Français blessés au coeur par les balles tirées hier. Je suis triste, ce matin, et j’espère par dessus tout que les types qui ont tiré ces coups de feu, qui ont assassiné nos concitoyens et attaqué notre Liberté chérie, soient punis à la mesure de la gravité de leur acte. Cela, tout le monde l’espère, je le sais. Mais qu’il est bon de l’exprimer, de l’écrire… Les mots volent, les écrits restent, et le soutien que j’apporte à Charlie Hebdo, malgré nos différences nettes d’opinion, malgré toutes les réserves que je peux avoir quant à leur façon de caricaturer, ce soutien que j’apporte à Charlie, donc, je veux qu’il reste. Le soutien d’une étudiante, catholique, de droite, pas tout à fait le genre des lecteurs de Charlie, sans doute… Mais je suis avant tout Française, comme Charlie. Et comme, je l’espère, tous les Français aujourd’hui, j’ai observé la minute de silence, et comme, je l’espère, tous les cathos de France, je vais prier pour les victimes, pour ceux qui restent, pour la France, pour les terroristes. Que faire de plus, à ma petite mesure? Je ne suis pas Ahmed Merabet ou Franck Brinsolaro, les duex flics morts pour la France hier. Je ne suis que moi, Ribisel, alors je vais faire ce que Ribisel peut.

10406702_10152954212842171_1865083024770383679_n

Mais Ribisel a peur. Oui, je deviens islamophobe, au sens éthymologique du terme: non pas de haine, mais de la peur. De la peur de l’Islam. Je sais, il ne faut pas faire d’amalgames entre les djihadistes et les musulmans en général. Je le sais, et je ne les confonds pas. Seulement, quand on voit ce que certains peuvent faire au nom de l’Islam, comment ne pas en avoir peur? Non pas que tout le monde peut faire cela au nom de l’Islam! D’ailleurs, ils n’étaient que trois. Mais ces trois là, plus Mohamed Merah, plus ceux de Joué-les-Tours et Dijon, plus tous ceux de l’État Islamique qui terrorisent le Moyen-Orient… Tous ceux-là, qui agissent au nom de l’Islam, ou du moins de ce qu’ils pensent être l’Islam, tous ceux-là, si on les rassemble, deviennent très nombreux. Et voilà pourquoi j’ai peur de l’Islam. Peur parce que nul ne peut savoir qui est un musulman pacifique et qui est un djihadiste, parce que l’amalgame s’impose malgré moi à ma pensée et que je ne parviens pas à m’en défaire, parce que la vue d’un barbu (alors que ce n’est peut-être qu’un malheureux hipster!) ou d’une femme voilée m’agresse… J’ai peur de l’Islam pour ce que certains font en son nom, mais aussi pour ce qu’il suscite en moi: la peur de l’autre, la méfiance vis à vis de la différence…

Je ne veux haïr personne, je voudrais être compatissante envers tous, victimes comme meurtriers. Mais je ne peux pas.
Je deviens schizophrène.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s