Mais lâchez donc Poutine!!

Poutine, ce monstre, ce yéti, ce Staline des temps modernes, cet homophobe, ce pourfendeur des Tchétchènes, ce bouffeur de démocratie, ce colonisateur, cet impérialiste, ce tyran… Quel défaut ne lui a-t-on pas encore imputé? Quel crime n’a-t-il pas encore commis?

La crise en Ukraine est un fait grave, et dont les conséquences peuvent être dramatiques à l’échelle européenne, voire mondiale. Mais Poutine n’en est pas la cause. La cause, c’est la mauvaise politique de Ianoukovitch, et c’est la réaction du peuple ukrainien aux abus de son Président. Je n’excuse pas Ianoukovitch, et je ne cherche pas à enfoncer les Ukrainiens. Seulement, je pense qu’il faut remettre les choses à leur place.

Poutine soutient Ianoukovitch. Ok, ce n’est pas forcément la meilleure chose à faire. Cela dit, le Ianoukovitch en question a été élu démocratiquement. Les élections n’ont pas été truquées ou falsifiées: les Ukrainiens ont fait une bourde en élisant un président peu recommandable. Là encore, Poutine n’y peut rien. Et s’il soutient Ianoukovitch, c’est parce que c’est lui le président légitime d’Ukraine. Bon, ok, aussi un peu parce qu’il est pro-russe, je vous l’accorde. Mais c’est normal de la part d’un chef d’état de défendre les intérêts de son pays, et dans le cas présent, conserver un allié en Ukraine plutôt que d’être mitoyen d’un pays hostile, voire ennemi. Donc oui, soutenir un tyran, un mauvais chef d’état, dans le cas présent, n’est pas une aberration, puisque cela concorde avec les intérêts du pays. (Y en a bien qui soutiennent Hollande, dans une moindre mesure… !)

Soutenir le gouvernement légitime d’un pays, c’est ce que devraient faire tous les états qui se mêlent de cette crise, et toutes les organisations internationales. Car c’est là la norme et la justice. S’ils n’approuvent ou n’apprécient pas ce chef d’état, ils devraient prendre leur mal en patience, et prier pour que les élections suivantes tournent à l’avantage de leur chouchou. Même si l’action de Ianoukovitch ne sert pas les intérêts de leur pays, ces gouvernements n’ont pas à soutenir une révolution qui axe sa révolte sur la violence.

508437-la-chanceliere-allemande-angela-merkel-et-le-president-russe-vladimir-poutine-le-8-avril-2013-a-hano

Les droits de l’homme que nous, pays de l’Union Européenne, avec nos copains d’outre-Atlantique, défendons avec passion et virulence devrait commencer par là. Les révoltés de la Place Maïdan ont violé les droits de l’homme les premiers, en méprisant la démocratie qui avait portée Ianoukovitch au pouvoir, en embauchant (paraît-il) des snipers pour tirer sur la police. Ianoukovitch a riposté, certes. Mais face à une émeute, que faire d’autre qu’envoyer la police anti-émeute ? Face à une révolte violente, comment réagir pour calmer la foule ? Il aurait pu démissionner. Je vous l’accorde. Mais sa riposte armée ne me surprend pas. Elle est choquante car elle fait des morts parmi les civils. Et rien ne justifie cela. Cependant, je conçois que le président Ukrainien ait été déstabilisé et qu’il ait eu recours à cette violence. Et par dessus tout, la peur, je pense, a guidé ses décisions. Vu l’état de la foule, Ianoukovitch a du craindre pour sa vie, ce qui est absolument logique et normal dans une telle situation.

Pour en revenir à Poutine, là encore, il n’a été en rien responsable de ces problèmes, qui sont pourtant la source de toute la crise actuelle en Ukraine et en Europe. Les vues sur la Crimée qu’on lui impute ne sont pas encore avérées : c’est, pour moi, une interprétation des actes de Poutine, et une diabolisation étudiée et systématique de tout ce qui émane de lui. S’il y a envoyé des troupes, pour moi, c’est encore une fois dans l’intérêt de son pays : défendre une population qui le soutient, lui, son pays et son régime, est un acte politique et stratégique. En soutenant les pro-russes de Crimée, Poutine s’octroie le soutien indéfectible de cette minorité, ce qui peut avoir un poids important dans la suite des événements, à l’heure où nul ne sait comment toute cette histoire va finir…

Publicités

Un jour, les politiciens seront cohérents…

 »  En quoi la «théorie du genre» peut-elle aider à changer la société?

La théorie du genre, qui explique «l’identité sexuelle» des individus autant par le contexte socio-culturel que par la biologie, a pour vertu d’aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l’homosexualité, et de faire œuvre de pédagogie sur ces sujets. »

(Interview de Najat Vallaud-Belkacem, 20 Minutes  , 31 août 2011) 

Mais soudain, la même NVB nous explique que pas du tout, « le gender n’existe pas »! On trouve cette vidéo sur son site officiel, suivi de ce paragraphe grandiose et si risible:  » L’occasion d’une mise au point sur une pseudo-théorie du genre et l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge. Retrouvez en vidéo la question et la réponse de la ministre. A partager largement !« 

Ce n’est plus à présent qu’une lubie de l’extrême droite, une invention de tous ces fascistes pour justifier leurs descentes dans la rue, toutes ces pétitions envoyées au Parlement Européen, leurs actions et mobilisations pour défendre la famille traditionnelle. Mais bien sûr. Et tous ces médias gauchisants qui dénoncent une « intox » monumentale (Le Monde) , niant l’évidence. QUI, en toute honnêteté, nierait l’existence de cette idée, théorisée par l’Américaine Judith Butler? Cette théorie existe bel et bien. Et elle justifie toutes les formes de sexualité. Elle est donc bien pratique pour l’éducation à la tolérance des enfants, puisqu’elle permet de leur démontrer qu’elles se valent toutes, et sont toutes dans la nature des choses. Allez expliquer aux enfants, quand ils auront grandi et seront arrivés en terminale, pourquoi leur programme de philo (notamment le chapitre sur la différence entre nature et culture…) s’oppose totalement à cela. Ou alors, pourquoi ne pas boycotter la philo? Au point où on en est, on n’est plus à ça près!

Alors oui, peut-être, un jour, nos politiciens seront cohérent… Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui ils ont cours d’éducation sexuelle.

Hommen, Hommen, qu’as-tu fait de ta raison?

Les Hommen sont très fiers d’eux: ils font la Une du New York Times, et la France entière parle d’eux: Rafa Nadal lui-même, avec son huitième Roland Garros remporté et son tout nouveau record, passe à la trappe. Quel courage, lit-on partout, d’avoir ainsi osé s’introduire sur le Chatrier pour la finale homme de Roland Garros! Quel courage, vraiment? Non. Quelle connerie! Ceux qui me lisent depuis longtemps savent ce que je pense du projet de loi, et que je suis contre. Très contre.  Pour autant, je trouve cette action carrément lamentable, ridicule, affligeante, peineuse, déplorable, miteuse, craignos et pitoyable. Oui. Tout ça. Et je mâche mes mots. Ils ont, ce matin, publié un  » Communiqué à l’attention de Raphaël Nadal » (D’ailleurs, amis Hommen, si vous me lisez, c’est Rafael, pas Raphaël…), tout aussi lamentable: aucune excuses, rien.

En tant qu’opposante à la loi, mais aussi et avant tout citoyenne de France, je suis extrêmement choquée par cette action. Que font-ils du respect de l’homme, qu’ils veulent pourtant défendre? Parce que oui, Nadal et Ferrer se sont retrouvés dans une situation difficile, les empêchant de faire leur travail! Ils sont joueurs de tennis professionnels: au même titre qu’un éducateur, qu’un boulanger, qu’un journaliste, ils ont le droit de travailler librement et en toute sécurité! Ils ont le droit de jouer leur match, leur finale, événement majeur de la carrière de Ferrer en particulier, dans le calme, dans les conditions habituelles!

Cette intervention sur le Court Central est complètement déplacée. Le sport n’a rien à voir avec cela. Et les finalistes, tous les deux Espagnols, n’auraient pas dû avoir à gérer ce genre d’événement fâcheux et inopinés, qui n’a rien à voir ni avec eux, ni avec leur sport. Je lis sur les réseaux sociaux ce genre de réactions: « Une finale de Roland Garros serait donc plus importante que les droits de l’enfant?! » Mais là n’est pas la question, mesdames et messieurs les excités! La question, c’est jusqu’où allons nous? Jusqu’où peut-on aller pour ne pas discréditer notre combat? Jusqu’où peut-on encore se targuer d’être pacifiques? Là, vous avez dépassé toutes les limites: vous avez pourri l’image de tous les opposants par votre seule intrusion sur le Central; vous avez volé le pacifisme de tant de personne par une intervention agressive; vous avez manqué de respect à de nombreuses personnes (Rafa et David en premier lieu, mais aussi tous les organisateurs du tournoi, les équipes des deux joueurs, le public présent et tous les téléspectateurs); vous avez manqué à beaucoup de vos devoirs de citoyens comme d’opposant à la loi Taubira. Et c’est quand même dommage. Pour ne pas dire stupide.

Le match puait. Rafa contre Ferrer, ça devait être moche. Je vous l’accorde: vous avez au moins eu la décence de ne pas interrompre Roger. Mais cela aurait eu plus de sens pendant un match d’un Français. Pas plus honorable, pas moins stupide, mais plus concret, moins inadapté. Venir en Sweat LMPT, oui! Balancer des fumigènes pendant un match, non!! Je suis affligée par votre bêtise, votre manque de respect, votre incohérence… Votre prochain happening, c’est quoi? Vous pointer au milieu d’un opéra de Mozart, un Autrichien qui ne vous a rien fait, rien demandé? Arriver devant les coureurs du tour de France? Débouler dans un grand défilé de mode, parce que de toute façon, « dans ce milieu c’est tous des Pédés! »? Non, quoi! Réfléchissez, pensez, utiliser vos neurones: je suis sûre qu’ils vous disent: « STOP À ÇA!!!! »

J’apporte une petite précision, sur le tard, destinée à ceux qui ont qualifié cet article de « bisounours », et à ceux qui le liront par la suite, j’écris la plupart du temps « à chaud ». Mais je vous recommande cet autre article, de Pierre Vallinat, qui remporte tous mes suffrages et exprime exactement ma pensée, en des mots plus posés, mais non moins spontanés et pertinents.

Source image : wikimedia commons

De la logique et l’hypocrisie implacable de nos gouvernants

« Le Sénat a décidé d’imposer la devise de la République « liberté, égalité, fraternité » et le drapeau tricolore, au fronton des écoles, collèges et lycées, dans le cadre du projet de loi pour la refondation de l’école dont il a commencé mercredi l’examen des articles. » (le parisien). Cette nouvelle m’a fait bien marrer, il faut le dire. Pourquoi? mais parce que c’est ridicule, de vouloir enseigner aux enfants des valeurs républicaines que l’on est soi-même incapable de vivre et de mettre en application! c’est quand même pas mal scandaleux, de tenter de se donner une image d’exemplarité (« regardez comme je suis bien! j’apprends aux enfants comment on est un bon français! liberté, égalité, fraternité seront à leur bouche dès leur plus jeune âge! »), alors que tout prouve à grands cris le contraire!

Et mettre les enfants à l’école dès leurs 3 ans, Messieurs les Sénateurs, sachez que n’importe quel manuel de psycho de l’enfant pour débutant le déconseille! renseignez-vous, avant d’agir! prenez conseil! mais n’imposez pas, par vos lois, votre idéologie à l’enfant! l’éducation de base, c’est à la famille de la donner (oui, vous savez, ce truc bizarre, la famille… Un papa, une maman et leur progéniture!), pas à votre système éducatif vaseux et idéologique, qu’on se le dise! cohérence, que diantre!! on parle de transparence, mais cela ne commence-t-il pas d’abord et avant tout par une cohérence entre la réalité et les décisions?

Liberté, Liberté chérie, combats avec tes défenseurs!

Ce cher Pierre Bergé… Quand s’arrêtera-t-il ? Nouveauté de l’homme d’affaire : Il faut « faire soigner  » les maires qui refuseraient de célébrer des mariages homosexuels. C’est sûr qu’avoir une pensée différente de la sienne et de toute sa Gauche, c’est une tare, une maladie, un fléau ! Mieux que les faire soigner, c’est les interner qu’il faudrait ! Monsieur Bergé, que je respecte profondément malgré nos différends et malgré l’agressivité, voire la violence, dont il fait preuve dans ses propos à l’encontre des opposants du mariage pour Tous, est allé trop loin, dans ce cas précis.

« Le président François Hollande, que j’admire, a fait une erreur en parlant de la liberté de conscience. « . Parce qu’en effet, pour Monsieur Pierre Bergé, la liberté de conscience est réservée à une élite : celle qui pense comme lui. Celle qui, comme lui, se targue de grandeur d’âme, d’oubli de soi pour le seul bien commun, mais qui, en réalité, ne se préoccupe que de son orgueil personnel.

 » Il n’y a pas de liberté de conscience vis-à-vis des lois de la République. On doit les appliquer et puis c’est tout « , continue-t-il, en écho à ce slogan de la Révolution Française, période de faste, de paix, et de grandeur françaises par excellence : «  Pas de liberté pour les ennemis de la Liberté « . Si dans le pays même dits « des Droits de l’Homme » (appellation de plus en plus mensongère, n’en déplaise à notre Gauche nationale), l’opposition n’a plus droit à la Liberté, que devient l’essence même de la Liberté ? Et que devenons-nous ? Qu’advient-il de notre dignité humaine , finalement, qui consiste en grande partie en l’exercice de la liberté ?

Je rappelle pour l’histoire que ce même Pierre Bergé s’exprimait en ces mots il n’y a pas si longtemps, en 2004 : « Nous demandons aux maires de France [d’enfreindre la loi pour] célébrer des unions entre personnes du même sexe. » . Tout à fait normal, n’est-ce pas ? Quel front, tout de même, de se placer ainsi au-dessus de la loi, cette loi qui tend à garantir le bien de la société, qui garantit les bonnes relations entre les citoyens…

Cela ne vous choque-t-il pas, vous, citoyens Français, héritiers de la Révolution Française, héritiers de ceux qui se sont battus pour obtenir un peu de Liberté, cette Liberté même qu’aujourd’hui on tente de nous ôter jusqu’à ce qu’elle a de plus intime : la conscience ? Français, levez-vous ! Ceci n’est pas une exhortation à aller manifester ou quoi que ce soit. Je vous appelle simplement à conserver intacte votre conscience, à bichonner votre pensée, vos opinions, à les défendre quoi qu’il arrive. Et surtout, à ne pas vous laisser endoctriner par la démagogie totalitaire des hommes influents de ce pays. Prenez conscience de votre citoyenneté, cette citoyenneté française dont vous devez être fiers, et qui vous garantit -par héritage mais aussi par la loi- la liberté de penser et d’expression, la liberté de conscience, la Liberté de penser par vous même !

La désillusion d’une note de mémoire…

Aujourd’hui, j’ai reçu ma note, couronnement  de longs mois de travail sur Paul Verlaine. Mon sujet: « Le bonheur et la joie dans la poésie de Paul Verlaine ». Passionnant pour ceux que ça passionne, comme dirait mon prof de linguistique. 13. On me dira que ce n’est pas trop mal. C’est vrai. C’est pas trop mal. Mais c’est pas bien pour autant. Et quelle est la raison évoquée par mon tuteur pour justifier cette note? Le trop peu de citations. Ok. Mais aussi la présence de poèmes érotiques de Verlaine dans mon corpus et mon paragraphe de 22 lignes les analysant. Commentaire: «  »Pas nécessaire, pas la peine de citer ». Faudrait savoir… Est-ce parce qu’il est trop infamant de parler de zizi qu’il faut éviter de citer, et se contenter d’évoquer les poèmes bucoliques et charmants, à la limite du « kikoulol » pour éviter de choquer les bonnes mœurs? Mais mon cher Monsieur, Verlaine n’était pas Maurice Carême, qu’alliez vous penser? Que sa poésie ne parle que de petits oiseaux et fleurs dans les prés? Non, Monsieur. Verlaine avait des mœurs passablement dissolues, qu’il évoquait sans retenue dans sa poésie. Et il était normal, voire nécessaire, de citer dans mon travail. Vous avez rayé, dans mon corpus, les quelques poèmes érotiques que j’avais osé y placer. Les plus trash comme les plus jolis. Parce que oui, Monsieur, on peut parler joliment de sexe et de débauche. Surtout quand on s’appelle Verlaine. Alors siouplait, soyez cool pour l’oral, promis, je ne citerai pas les poèmes qui évoquent le dessous de la ceinture!

« Vous avez fait avancer l’Égalité », ou le Mensonge d’État du gouvernement

Aujourd’hui, c’est le retour des râleries et des geulantes traditionnelles de Ribisel! Parce qu’aujourd’hui, j’ai la haine. Grave la haine, même. Vous allez vous dire « ça y est, c’est r’parti, elle va nous bassiner avec ses histoires de jeune catho de droite pas contente! », et vous aurez raison. Là, il faut vraiment que je dise tout ce que je n’ai pas pris le temps d’écrire ces dernières semaines. Et puis j’ai fini mon petit mémoire, donc je peux bien fêter ça!

Pourquoi  râler? Parce que ce soir, notre société sera officiellement décadente. Je précise, à toutes fins utiles, que ce ne sont pas les homosexuels qui en sont la cause, mais bien le gouvernement qui légifère sur ce qui n’a pas lieu d’être légiféré. Qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit, et -par pitié!- ne me taxez pas d’homophobie!!  Et puisque c’est la mode d’accuser, en ce moment, moi aussi, je vais procéder à mes petites accusations.

J’ACCUSE donc le gouvernement d’être une bande de planqués. Surtout ce cher François Hollande, qu’on n’a pas vu réagir au soulèvement national provoqué par son noble combat pour respecter les promesses faites pendant sa campagne présidentielle. (Au passage, lui, je l’accuse aussi de ne se focaliser que sur ce qui n’est pas urgent, ce qui n’est pas indispensable au salut de la France, qui a besoin de rigueur, d’austérité, de quelqu’un de couillu (pardonnez-moi l’expression… Mais n’est-ce pas véritablement de ça que nous avons besoin??) pour la diriger. ) J’accuse en outre tous ces gauchistes invétérés de mener un politique destructrice, qui ne peut que conduire à une France lamentable. Je veux dire, encore plus lamentable que là tout de suite maintenant. Et c’est déjà pas rien.J’accuse le gouvernement Français de camoufler ses dysfonctionnements, ses erreurs, ses petits soucis de patrimoine par des accélérations de procédures au Parlement. Je l’accuse également de manipuler les médias, de procéder à de honteux mensonges d’État au sujet de l’opposition des Français à votre loi pourrie!

Oui, je me lâche, je suis agressive, je suis peut-être même méchante. Mais franchement, j’en ai marre. Marre de devoir faire attention à ce que je dis de peur d’être traitée de raciste extrémiste, néo-nazie, fasciste, homophobe, et tout ce genre de choses. Non, moi tout ce que je suis, c’est de plus en plus gauchophobe. Autant, auparavant, j’avais un peu pitié de ce gouvernement de paumés, autant maintenant, la Charité chrétienne ne me suffit plus: je les exècre. Parce qu‘ils se foutent du peuple. Tout ce qui leur importe, c’est de rester dans l’histoire. D’être ceux qui auront fait « avancer l’égalité » (Tu parles, Charles!). D’être ceux qui auront changé la société. Cool. Ça c’est vraiment trop bien. S’assurer la postérité par des lois iniques, bravo! Brillant!

Je rage! Et je ne suis pas la seule! Tous ces gens, qui comme moi manifestent pacifiquement, tous ces Veilleurs, dans la France entière (plus d’une vingtaine de villes « contaminées » en moins d’une semaine!!) ils ragent, eux aussi. Et pourtant, nos armes sont les mots, les chants, la littérature et les bougies. Peut-on en dire autant du gouvernement, qui arme des bataillons de CRS contre nous, qui infiltre des flics en civil dans nos manifestations, lesquels ont pour mission de nous rendre agressif, de nous discréditer. Est-ce honnête, de faire ça? Est-ce démocratique???

Je tweetais, hier, avec un certain @MikeFouks, qui m’écrivait: « pour une fois qu’on a un président qui est fidèle à son programme… respectez la démocratie! » Ouais. C’est ce que je fais, justement! N’est ce pas respecter la Démocratie que de faire parler le peuple? Ne suis-je pas le peuple, moi? Ne suis-je pas citoyenne? Votante? À la fin, j’aimerais que l’on m’écoute! Que l’on respecte ma citoyenneté, et toutes ces belles valeurs républicaines dont on se targue! On défend à corps et à cris l’institution de cours de morale laïque dans les écoles. Soit. Mais que va-t-on enseigner aux enfants? Que la morale, c’est de mépriser l’opposition? Que la morale, c’est d’imposer ses lois quoi qu’il arrive? Que la morale, c’est que l’égalitarisme passe outre l’égalité? Que la morale, c’est de gommer toutes les différences entre hommes et femmes? AU SECOURS!!

Il n’existe plus de Liberté au pays de la Liberté! Il n’existe plus de Droits de l’Homme au pays des Droits de l’Homme! Il n’existe plus de France même!  On confisque des drapeaux français à des manifestants devant l’Assemblée Nationale, on fait taire des jeunes citoyens qui chantent des chants d’espérance, on gaze des enfants, on pousse des jeunes filles dans les escaliers des stations de métro. Mais tout va bien. La loi sera votée ce soir. L’égalité est sauvée.

MAIS QU’EN EST-IL DE LA LIBERTÉ?? Liberté d’expression, liberté de manifester (et surtout, que nos manifestations soient reconnues…), liberté même de PENSER… Nous les avons perdues. Merci, Taubira. Merci, Flanby. Merci, Jean-Marc, Manuel, et tous les autres! (Mais ne croyez pas que tout cela ne nous fera oublier vos petits soucis de comptes en Suisse et de pseudo-transparence!)