Poutine, alter-Hitler?

« Vladimir Poutine est en train de faire la même chose que Hitler », dixit le Prince Charles d’Angleterre. Cette comparaison, même si elle a été faite dans le domaine privé, me semble un tantinet exagérée. Un gros tantinet, même. 

Poutine a-t-il tué des millions de personnes? Poutine participe-t-il et ordonne-t-il un génocide sur un peuple en particulier? Même les Tchétchènes ne correspondent pas à ce critère. Poutine a-t-il lancé une guerre mondiale? Poutine a-t-il mis l’Europe entière à feu et à sang? Poutine jouit-il d’un véritable culte de la personnalité, de manifestations à sa gloire? Alors quoi de commun entre Adolf et Vladimir? Poutine a une bonne tête d’Aryen, certes. Pour autant, à l’heure où il a soumis à la Douma une proposition de loi visant à punir « la négation de l’action des armées de la coalition anti-hitlérienne pour soutenir la paix mondiale et la sécurité ainsi que la diffusion d’informations mensongères relatives à la Seconde Guerre mondiale », je pense que l’on peut douter de ces prétendus liens de ressemblance entre les deux hommes. Tout ce qu’on peut lui reprocher, c’est d’avoir instauré un régime autoritaire dans son pays, comme l’avait fait Hitler. 

Ah oui, et aussi, à l’instar d’Hitler en 1933, il a été élu démocratiquement.

Alors, votre Altesse, je vous suggère de faire attention à vos propos, fussent-ils prononcés dans la sphère privée. On n’amalgame pas un régime meurtrier et pervers à un autre, autrement moins néfaste, sur le seul constat d’un autoritarisme qui ne vous plaît pas ou d’une annexion illégale selon la pensée unique occidentale.

Publicités

De mediocritas

Comme pour mon article précédent, l’envie m’est venue d’écrire sans pour autant avoir matière à écrire. Bref, pas d’inspiration. Ou alors, mon TD d’institutions Européennes pour demain matin. Mais je ne veux pas infliger la triste lecture de ma dissertation sur le rôle de la France dans la construction européenne à d’autres que le professeur qui m’en a infligé la rédaction. J’ai donc, cette fois-ci, demandé à mon voisin de classe une idée sur laquelle écrire. Se croyant drôle, il m’a répondu: « La médiocrité féminine. Ou plutôt, juste la médiocrité, sinon c’est un pléonasme. » (alors déjà, grammaticalement ça ne marche pas, parce que « médiocrité » est un nom alors que « féminine » est un adjectif. Il aurait donc du dire que c’était redondant. Enfin passons.) Ahaha! Scrwé Hioubert! Toujourw le mot pour rwire! Bah tu vas voir, Hubert, je vais t’en parler, de la médiocrité!! Ou plutôt, je vais te parler des médiocres. Ca t’aidera peut-être. (Mais en vrai, Hubert, je t’aime bien, c’est promis! 😉 )

Pour moi, déjà, un médiocre ne se rend pas compte qu’il l’est. Ce en quoi je rejoins e personnage de Cyrano de Bergerac dans la pièce de Rostand: « Hélas! Je suis sot à m’en tuer de honte! (dixit Christian) -Mais non! Tu ne l’es pas, puisque tu t’en rends compte! ». Je suis tout à fait d’accord. Un médiocre est aveugle sur ses faiblesses, et ne peut pas y travailler.

« La médiocrité est un garde-fou », écrivait Montaigne. Lui aussi avait bien raison. La médiocrité, on peut la choisir, et par là s’empêcher de prendre trop de risques, puisque « Rien de grand ne comporte la médiocrité. », selon Monsieur de Vauvenargues. On se complait dans sa petite misère médiocre, et on ne fait rien, on n’accomplit rien, on ne réalise aucun rêve, on ne poursuit pas de but, ni de projet qui en vaille la peine… La vie des médiocres doit être d’un ennui sans nom, et surtout sans fin.

 » La médiocrité vient sans qu’on l’appelle ; la qualité, il faut la vouloir violemment. » (F. Mayer) Les médiocres n’ont pas cette  force de rechercher la vertu, la qualité. Certains même ne cherchent pas la force elle-même. La médiocrité, ça se combat, ça se rejette, ça s’expulse. Mais si on la laisse s’installer, alors elle ne va pas se gêner, et va prendre une place colossale, qui ne laissera rien à rien d’autre. Cela est bien résumé par Paulo Coelho: « En ce moment, beaucoup de gens ont renoncé à vivre. Ils ne s’ennuient pas, ils ne pleurent pas, ils se contentent d’attendre que le temps passe. Ils n’ont pas accepté les défis de la vie et elle ne les défie plus. »

Pour finir, Hubert, je t’accorde quand même cette petite citation de Roger Martin du Gard: « C’est toujours l’inlassable médiocrité de la femme qui l’emporte.« , j’espère qu’elle te plaira! 😉

keur keur keur kikoo lol!

A la demande générale de ma sœur aînée, la tâche me revient de rédiger un article « kikoo-lol ». Waow. Défi difficile… Mais en fait, qu’est ce que le « kikoo-lol »? C’est ça:

Image     Ou encore, ça: Image

ou bien… CA:Image

Bref. Le kikoo-lol (ou kikoulol), c’est tout ce qui relève du cucul, de goût douteux, du trip de la gamine prépubère ou ado en crise. La kikoulol attitude consiste en plusieurs points, que je vais me faire un devoir de vous présenter fort succinctement.

Tout d’abord, un kikou se doit d’aduler cette personne:

Image

Oui, il s’agit bien de Justin Bieber. Justin, c’est le stéréotype de l’idole kikou. Jeune, succesfull, mèchu… What else? La jeune ado kikou est donc une FAN INCONDITIONNELLE DE JUSTIN BIEBER. 

Une kikou passe aussi sa vie sur msn et/ou facebook à publier des statuts du type: « [[( ye@h trO oUf gueudin, we$h!!! tro kikoooooooo!!! cimer lé mEuf pr se wkEnd de foliiiiiiiiiiiiiie! |] } ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ on refé sa tré vite!! «  Notez bien qu’il s’agit aussi d’une caractéristique du kikoulol que d’écrire en langage texto, ainsi que d’appuyer comme des barbares sur les touches des voyelles.

Un kikou a aussi un style vestimentaire particulier: baskets trop grandes, sweat à carreaux noirs et blancs avec des inscriptions roses barbie dessus, celui du danseur de tektonik. Parce que oui,en plus de tout ça,  l’ado kikou a appris à danser la tektonik avec les vidéos de youtube publiées par des camarades kikou! Et il adore ça! Comme ça quand il sort en boîte (parce que les kikous, en plus ils sortent en boîte. pas logique, comme expression. Bref. ) il fait pas trop pitié! (enfin, c’est ce qu’il croit…)

Le kikou a aussi pour principe de ne JAMAIS rater un épisode de Secret story ! Parce que quand même, c’est dangereux pour la santé: il pourrait faire un infarctus si Senna cassait avec Émilie alors qu’il avait le dos tourné. Et ça, c’est franchement pas possible, quoi. Parce que c’est trop dégueulasse de la part de Senna, déjà, alors la pauvre Émilie… Enfin voilà, quoi. Vous voyez l’idée.

Le kikou se prend en photo tout seul en train de faire des bisous. Ou à faire « cheeeeeeese » avec les doigts en forme de V, comme les Coréens devant les monuments Français sur les photos de touristes.Image

Le kikou passe aussi sa vie sur les forums à poser des questions bidons ou scabreuses ou bizarre ou kikou. Ou alors il répond à ces questions.  Exemple: http://www.jeuxvideo.com/forums/1-50-91315514-1-0-1-0-dois-dire-oui-pour-z-v-avec-ma-cousine.htm 

Voilà, Milouze. J’espère que cet article te plaira, et à vous tous, qu’il vous aura permis de bien rire ou de bien vous y reconnaitre, si jamais j’ai l’honneur de compter des kikous dans mes lecteurs.

bizoooooooos!! ❤ ❤ ❤ ❤  é a tré vite pr 1 proch1 articl!  😉 🙂 :*jvou kiff grav

Une dernière pour la route:Image

Dimanche 17 jui…

Dimanche 17 juin, jour du second tour des législatives, j’étais au QG de campagne de la député-candidate UMP de ma circonscription pour tout le temps de l’annonce des résultats par commune ( de toute façon, j’étais fichée à droite depuis le début, avec le premier article… Alors je ne perds rien à avouer officiellement mon bord politique !). Bref. J’étais donc dans cette salle où je ne connaissais personne, mis à part mon frère, mais où chacun me parlait comme si nous nous connaissions déjà, ou si j’avais participé à la campagne. En tout cas, je n’étais pas perdue, dans ce monde de politique que je découvrais, et l’ambiance était « rudement chouette », comme aurait dit le Petit Nicolas, même si nous voyions peu à peu le score de notre candidate dépassé par celui de la Madame PS du coin.

Lorsque le résultat final est tombé, à savoir, une victoire de notre adversaire, beaucoup de ceux qui se trouvaient dans la salle bondée du QG sont sortis s’aérer sur le trottoir. J’étais parmi eux, à discuter simplement avec une nouvelle connaissance, lorsqu’une berline VolksWagen immatriculé dans les Bouches du Rhône s’arrête devant nous, berline d’où est sorti en trombe un jeune homme d’une petite trentaine d’année d’origine maghrébine (je sais, ça fait caricature, mais c’est authentique .), brandissant rageusement une carte d’identité française. « Je suis Français, je suis Marocain ! », nous a-t-il crié . « Bande de racistes qui votent à droite ! », et cætera. Ont suivi un chapelet d’amabilités toutes plus distinguées les unes que les autres/ Il me faut reconnaitre ici que mon sang n’a fait qu’un tour, et que je lui ai répondu fort peu élégamment qu’il fallait arrêter la paranoïa, et que « voter à droite » n’est pas synonyme de « détester les étrangers ». Je n’ai pas fait de remarque sur la faute de Français, il l’aurait mal pris, je pense. Après ces propos un peu vigoureux, je me suis tue, pour laisser les personnes les plus diplomates de notre groupe se charger d’envoyer dans les formes notre énergumène quelques rues plus loin, où notre adversaire victorieuse fêtait sa victoire, pour qu’il s’y réjouisse avec ses amis et co-votants.

Voilà. C’était l’introduction. J’en viens à ma réflexion à proprement parler, cet incident m’ayant frappée. Je voulais donc, dans cet article, réfléchir au sujet des idées reçue et des amalgames qui sévissent beaucoup en politiques et notamment dans le guéguerre des partis.

Donc voilà. (transition vaseuse.) Je blâme ces préjugés ( ou « Comment exposer des évidences en 2 leçons ».), et je voudrais essayer d’en parler un peu. Non que je prétende y mettre fin ou y remédier, mais bien simplement que, ce blog ayant pour but de déverser tout ce que je ne veux pas dire à l’oral par pitié pour les oreilles et les nerfs de mes voisins et ce qui suit étant précisément ce genre de réflexions que je n’ai pas voulu partager, je dévide ici les mots qui jaillissent dans mon petit cerveau tout fouillassou, comme disait ma prof de lettres en 1ère, de telle sorte qu’ils s’en doivent échapper.

Ainsi donc, cet incident post-électoral m’a fait prendre conscience de la réalité de ces préjugés inter-partis, inter-bords politiques. L’électeur de droite est riche, patron et raciste, alors que l’électeur de gauche est pauvre, ouvrier et immigré (ou Bobo.), c’est bien connu ! Bon, vous allez croire que je me prends pour le centre du monde, à m’ériger en contre-exemple… (Mais en fait c’est pas grave, puisqu’ils ne savent pas QUI je suis, donc ça ne nuit pas à ma réputation. Donc je peux m’ériger en contre-exemple tout à fait impunément. (cela, je ne l’aurais pas dit, mis vu que par écrit, je ne fais a de bruit, je me fais plaisir, mouhouhahahahaha ! (rire machiavélique)) . (Je vous ai promis les élucubrations issues de ma caboche, alors en voilà, des élucubrations ! ) ) (J’adore les parenthèses. ( C’était la seconde leçon d’énonciation des évidences (donc ça y est vous êtes sensés être compétents). Je vous remercie pour vote attention, n’oubliez pas le professeur ! (J’accepte les chèques, le liquide et les virements bancaires.))

Re-bref. Tous ça pour dire que je vote à droite, et même, j’irai jusqu’à dire que je « suis de »droite, et que pourtant, mes finances sont loin d’être brillantes, j’assume mes origines étrangères, et même, j’en suis fière (oh ! Hérétique ! Gauchiste ! Au bûcher!), et vous n’aurez qu’à lire l’article que j’ai précédemment « rebloggué » [Justice pour Nouredine] pour vous rendre compte que je ne méprise ni ne déteste les rebeus, les blacks, les faces de citron ( oui, je suis fan d’OSS 117 !;) ), ou autre immigrés de tout genre. Le bord politique n’impose aucune obligation de pensée ou d’action, ni aucune norme. Ou du moins ne le devrait-il pas. Au contraire, ce sont nos pensées et nos convictions qui définissent le parti auquel on adhère, ce qui est d’ailleurs beaucoup plus logique, si l’on tient compte de la nature humaine, qui est libre par nature. Bien sûr, il y a des facteurs qui peuvent influencer ces convictions et prises de position. Et c’est normal, puisque nous héritons tous d’un patrimoine. MAIS RIEN NE NOUS PRÉDESTINE.

J’aimerais que cet immigré (notez bien que je n’ai pas dit étranger.) puisse lire ce que j’écris, et réfléchisse à l’incohérence des mots qu’il a prononcés, puisqu’en effet, pour moi, incendier les gens en les taxant d’intolérance et de discrimination parce qu’ils votent UMP , c’est tout sauf de la tolérance, et c’est absolument discriminant. Et avec lui, j’aimerais pousser chacun à réfléchir à ces amalgames, ces préjugés, et ces idées reçues. Et moi-même, je vais continuer à y penser, à y réfléchir, et à me corriger. Parce que je ne m’appelle ni Sénèque, ni Lucrèce, et que e ne me crois pas supérieure à l’humanité désorientée et pervertie : je suis dans le même paquet que tout le monde, et moi aussi, je dis souvent que les socialistes sont des bobos. Alors au boulot, Ribisel ! Un bon coup de décrassage dans tous ces préjugés : ne conserve que ce qui est fondé.

Je vous remercie pour votre patience !

PS : Si vous lisez le texte sans les parenthèses, vous comprendrez peut-être mieux. (C’est une suggestion tout à fait innocente ( et pas rentable pour moi, puisque si vous ne lisez pas mes parenthèses, vous ne prenez pas mes cours d’évidences, et donc vous ne me faites pas de petit chèque (ou de virement bancaire))).